25.1 C
New York
mercredi, août 17, 2022

Buy now

spot_img

Politique : La chasse aux opposants inquiète des citoyens.

Des citoyens de la banlieue de Conakry précisément dans la commune de Ratoma réputé fief de l’opposition s’indignent face l’interpellation des responsables de la lutte contre le troisième mandat du président Alpha Condé. Des habitants des quartiers de Koloma  et de Bambeto dans la commune de Ratoma ont réagi ce vendredi face à ce qu’ils appellent l’arrestation inégale des membres de l’UFDG principal parti de l’opposition.

Pour Diaby Mohamed, promoteur culturel, ces arrestations arbitraires ne sont pas normales. Ce que le président  Alpha Condé fait n’est pas du tout bon s’insurge-t-il

« Je fais appel personnellement à la communauté internationale parce que là il n’y pas du tout de justice crédible en Guinée. Cette situation déshonore notre pays. Ces dirigeants ne pourront rien faire pour la population » dit-il

Alhousseini Telimilé Barry, un autre citoyen déplore ces différentes arrestations qui dit-il entame le tissu social.

« Normalement, c’est tout le monde qui devait se donner la main pour être solidaire. Tous les guinéens sont liés.  La Guinée c’est comme une voiture à 4 pneus et si un se dégonfle la voiture ne bouge pas. Il faut que le gouvernement sache que tous les guinéens ont le même sang qui coule car si tu tranches la peau d’un Soussou, d’un peulh, d’un forestier, ou d’un malinké, c’est le même sang qui coule. Les arrestations qu’ils font ne font pas avancer le pays mais au contraire ça l’affaiblit et le fait reculer. Actuellement, le guinéen vit du quotidien. Ce qu’il cherche le jour c’est ce qu’il mange le lendemain.  On a souffert mais on n’a nulle part où aller. Personne ne peut chasser son prochain ici,  parce qu’on est tous des guinéens » enseigne-t-il.

Mariam Sow, vendeuse de chaussures réclame justice pour toutes les personnes victimes d’injustice.

« Il  faut rendre justice. Donner  raison à  qui de droit quel que soit son bord politique. Nous qui avons des maris à la maison sans travail et qui nous battons pour le butin quotidien nous sommes un exemple.  On a l’avenir de nos enfants qu’on doit préparer. Et s’il y a la guerre dans le pays, comment faire pour avoir à manger. Il faut que chacun soit rétabli dans ses droits pour que nous bénéficions tous d’une paix durable » dit cette dame

Par Aïssatou Diallo pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE