18 C
New York
lundi, mai 16, 2022

Buy now

spot_img

Tirs à Wanindara: La version de la police anti émeutes.

Ce Mardi Général Ansoumane Camara Bafoé, le directeur général de la compagnie mobile d’intervention et de sécurité(CMIS) a animé une conférence de presse sur les tirs du lundi au quartier wanindara dans la soirée du lundi, 30 novembre 2020 .

Selon lui, aux environs de 19h, un dispositif sécuritaire de la police a été victime d’attaque à main armée dans cette zone. Elle  a couté la vie à un agent et a fait plusieurs autres blessés.

Le Général Bafoé a fait  le point de la situation.

«J’ai des impressions de désolation, de déception par rapport à ce qui est en train d’arriver à la police  ces derniers temps. Je ne commencerai même pas par l’action qui s’est passé ce lundi. Vous avez remarqué le jour que les gens sont descendus dans la rue, nos hommes ont été victimes d’attaques à main armée à Lansanayah plateau ou un des gardes de corps de la direction centrale de la compagnie d’intervention et de la sécurité a été atteint au niveau du foie, jusqu’à présent il est couché à l’hôpital» a-t-il indiqué.

 

Il est aussi revenu sur la situation de l’attaque de wanindara.

«Hier encore notre dispositif qui était à Wanindara, assied paisiblement en train d’assurer la sécurité des citoyens et leurs biens, subitement des groupes de jeunes qui sortent sur une moto qui tirent dans un premier temps avec des armes de calibre 12 en blessant trois agents. Il y a un qui a les pieds fracturés, l’autre a sa cheville coupée et le troisième  a pris des (chevrotines) sur sa tête. Le quatrième est venu cette fois ci avec une arme à feu PMK qui a abattu un jeune brigadier. Et le véhicule je vois aucun impact c’est-à-dire dire celui qui a tiré sur les policiers n’est même pas professionnel, il a tiré au hasard» enchaine-t-il.

 

Ansoumane Bafoé affirme que les jours qui vont suivre, le service de maintien d’ordre, fera un ratissage dans la commune de Ratoma pour dénicher tous ceux qui sont en train de s’attaquer aux hommes en tenue.

«Je voudrais profiter de vos antennes pour dire au maire de Ratoma, aux chefs des quartiers que ces jours-ci nous ferons de ratissage pour ceux qui sont en train de tirer sur nous pour qu’on puisse savoir, ils viennent d’où, ils sont à la solde de qui» a-t-il menacé.

Ansoumane Bafoé promet que tous les auteurs qui sont derrière cet acte seront arrêtés et traduits devant la loi pour qu’ils s’expliquent.

                             Par Mamadou Baïlo Diaguissa Sow pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE