2.3 C
New York
samedi, décembre 10, 2022

Buy now

spot_img

Crise guinéenne : Fodé Bocar Marega invite les belligérants à dialoguer !

Alors que bon nombre d’opposants affirment qu’il ne peut pas y avoir un dialogue sincère et fraternel avec le pouvoir, Fodé Bocar Maréga, ancien député uninominal UFDG de Dinguiraye estime que ce dialogue est bien possible. Il dit qu’il faut mettre balle à terre, s’asseoir et discuter pour pouvoir changer les choses

« Il faut un temps pour la guerre, il faut un temps pour la paix. Je pense que la Guinée est arrivée à un temps où nous filons vers une situation qui risque d’être ingérable. On est dans les prémices vraiment peut-être d’une guerre civile. Il est important de ne pas arriver à cette situation là. Il faut gérer le problème avant. Il ne faut pas arriver à des extrémités, il faut avant ça qu’on baisse le ton. À partir du moment où les gens s’asseyent et discutent, tout est ouvert. Et tout peut revenir et avoir comme solution définitive » conseille cet ancien député.

L’opposition guinéenne semble fragilisée aujourd’hui. Fodé Bocar Maréga demande de pouvoir regarder une direction commune pour faire face au régime Condé

« Vous voyez la situation, où nous avons l’opposition qui est muette. Donc, il faut qu’on prenne langue avec tous les membres de l’opposition et que l’on puisse avoir vraiment une position commune vis-à-vis du pouvoir. Je pense que c’est le moment où jamais de se retrouver tous ensemble, de s’asseoir discuter et permettre à cette Guinée de sortir de l’ornière » dit-il

L’incarcération de ses collègues, députés préoccupe aussi ce responsable de l’UFDG. Il a exprimé sa solidarité .

« Moi, j’avais été arrêté à Dinguiraye, extradé dans les fins fonds de Dabola, frappé et tout. J’ai eu beaucoup de choses. Je comprends vraiment leur situation aujourd’hui. Franchement, je suis inquiet par l’état d’Étienne Soropogui et les autres qui sont privés de liberté. Je suis encore beaucoup plus choqué du fait qu’on a pris des ardoises et qu’on leur fasse des photos en tant que comploteur. Nous qui avons vécu et disons qui avons subi le système répressif, tyrannique de Sékou Touré, nous sommes vraiment outrés par ce comportement de la justice d’Alpha Condé. Il faut que cela cesse. » a-t-il martelé.

   Par Abdul Karim Barry pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE