23.5 C
New York
lundi, mai 23, 2022

Buy now

spot_img

 Le trafic transfrontalier : Des commerçants se plaignent.

Depuis septembre dernier la Guinée a fermé ses frontières avec le Sénégal, la Sierra  Leone et la Guinée Bissau. Un blocus qui a de lourdes conséquences économiques pour des commerçants et des transporteurs. Les premiers sont impuissants face à leur investissement qui est en train de partir en fumée  et des transporteurs abandonnés à eux-mêmes. Les autorités guinéennes invoquent chaque fois interpelées, des raisons de sécurité nationale.

Mohamed Cherif Abdallah, le président du GOHA  ( Groupe organisé des hommes d’affaire) estime que l’heure est grave. Ce n’est plus le temps de parler de négociations renchérit-il avant d’annoncer que des décisions fortes seront prises  pour mettre fin à cet acharnement que subit les opérateurs économiques. Il a également invité tous les transporteurs et commerçants à se tenir prêts pour riposter contre cette violation du droit.

« Nous allons nous défendre face à cette injustice, nous allons arrêter toutes les activités et toutes personnes qui se désolidarisent sera sanctionnée car c’est ensemble unis que nous pouvons lutter contre ces agissements des autorités qui violent la loi en fermant les frontières du pays » prévient-il.

Mohamed Abdallah Chérif ajoute que seul une prise de conscience collective peut mettre fin au calvaire que subit aujourd’hui les opérateurs économiques en Guinée. Plusieurs milliards de francs guinéens sont  ce jour estimé en pertes liés au blocage de ces marchandises au niveau des différentes frontières.

« Les produits destinés à l’alimentations  enregistrent  les pertes les plus considérables. Il y a des fruits qui devait être acheminés de part et d’autre  qui pourrissent » s’est  révolté le président du GOHA.

                                                                                      Par Rama Sy Savané pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE