26.9 C
New York
lundi, juin 27, 2022

Buy now

spot_img

« Les groupes terroristes profitent d’un chao (…) de la frustration (…) de l’injustice sociale) dixit Boubacar Sidy Diallo

La rédaction de couleurguinee.com a reçu dans ses locaux, Boubacar Sidi Diallo, professeur du droit international public et chef de département du droit international et organisation internationale de la faculté du droit et administration de l’université de Poznan en Pologne. Il était question de parler de terrorisme. Lisez les détails.

Lisez l’intégralité de l’interview.

Monsieur Diallo pour commencer, parlez nous du terrorisme.

Le terrorisme est un phénomène complexe, historiquement connu depuis toujours, mais jusqu’à présent qui peine à trouver une issue favorable dans le cadre de la lutte antiterroriste. Pour deux raisons. La première, c’est du fait qu’il n’y a pas de définition juridique, universellement acceptée du concept terrorisme. Ça pose un problème. Pourquoi ? Parce qu’il y a la problématique de la légalité qui se pose parce qu’en matière de crime et délit, il faut toujours qu’on applique le principe de la légalité.

Deuxième problème qui se pose, c’est le manque de volonté politique dû au fait que les différents États membres de la communauté internationale ont différents intérêts dans le cadre de la compréhension et de l’appréhension du phénomène. Donc, généralement, vous voyez que, on va jusqu’à prendre des considérations idéologiques et politiques en les liant à ce concept de terrorisme.

Ce qui fait que pour les uns, vous êtes terroristes, pour les autres, vous êtes héros parce que c’est ce point de vu divergent qui fait que nous avons des problèmes à ce niveau.

Il y a le Mali qui est à côté, qui a de sérieux problèmes. La Guinée est un pays instable sur le plan politique et les groupes terroristes profitent le plus souvent de cette instabilité. Est-ce que vous pensez que notre pays courre de grands risques ?

Si dans un pays, il y a l’instabilité, si cette instabilité persiste, effectivement elle peut être parce que généralement les groupes terroristes c’est quoi, c’est avant tout d’abord profiter d’un chao, profiter de la frustration, profiter du fait que l’injustice sociale sévit quelque part pour se doter d’adhérents. Et cela peu importe c’est où, ils cherchent à les avoir partout. C’est comme si vous créez une société aujourd’hui et vous voulez que cette société prospère. Vous, vous cherchez des clients ailleurs, des adeptes où même vous créez des filiales de votre société ailleurs. Donc cela n’est pas exclu que ces groupements terroristes profitent de cette instabilité pour mettre main sur le pays dans des conditions que nous connaissons tous actuellement.

A ce jour, notre pays n’a pas connu de problèmes liés au terrorisme, d’après-vous quelles sont les dispositions que l’Etat Guinéen doit prendre pour éviter justement que notre pays soit envahi par des terroristes ?

La lutte contre le terrorisme, c’est avant tout se doter des instruments juridiques, les moyens matériels et techniques pour la lutte efficace. Et cette lutte ne peut pas se passer sans une synergie. Une synergie de compétence, une synergie d’action. Alors ce qui veut dire qu’on ne doit pas se mettre à l’abri, à l’écart et dire chez nous, il n’y a pas de menaces imminentes, ça ne nous touche pas, c’est une erreur. Il faut se joindre aux actions qui sont menées actuellement. Essayer de faire valoir sa capacité à résister à toute tentative ou à toute velléité.

Propos recueillis par Mamadou Baïlo Diaguissa Sow pour couleurguinee.com  

 

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE