0 C
New York
vendredi, décembre 2, 2022

Buy now

spot_img

Christine Bamba à propos de son mari : «Quand je l’ai vu à Ignace Deen hier nuit, tout son corps avait changé »

Arrêté en septembre et décédé cette nuit, feu Roger  Bamba était un militant engagé du parti Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG). Ce jeudi, nous nous sommes rendus dans la famille du défunt au quartier Dar-es-Salam. Sur place, tristesse et consternation se lisaient dans les visages de ses  parents, amis, voisins et d’autres personnes présentes sur les lieux.

Christine Bamba, la femme de Roger Bamba était inconsolable.

« Hier, vers 19 heures, un numéro inconnu m’a appelée et quand j’ai décroché le téléphone, j’entends la voix de mon mari. Il disait Christine je suis malade. Je suis à l’hôpital Ignace Deen s’il te plaît vient me voir. Alors, j’ai quitté comme ça pour aller voir. Arrivée là-bas, je vois que son ventre est ballonné, tout son corps a changé et il a complètement changé.  Après, j’ai dit Bamba tu as quoi ? Il me répond en me disait qu’il ne sait pas, je lui ai dit ça commencé quand ? Il répond encore en disant qu’il ne sait pas. Après, il me dit « donne-moi de l’eau glacé seulement et cherche un éventail pour moi. Donne-moi de l’eau,  je veux de l’eau. Je lui ai donné tellement de l’eau glacé. Après, Il me dit Christine caresse ma tête ou bien tu m’aimes plus et je lui ai dit de ne pas dire ça et que je l’aime et je l’aimerai toujours. Après, quelques minutes, il a changé de position et le docteur est rentré. Il me demande de sortir, je dis pourquoi? Il  me répond  » quand nous allons lui donner les médicaments, après, tu vas rentrer. Je suis sortie. Quelques temps après, je suis rentré et il continuait toujours de pleurer. Il dit Christine pourquoi tu n’as pas envoyé mon fils. Après, mon mari a pleuré, pleuré, pleuré, pleuré jusqu’à ce qu’il est décédé. » A-t-elle expliqué en pleurant

De son côté, le frère de la victime Idrissa Doré estime que son grand frère a été torturé.

« Je vais vous dire, mon grand frère a été torturé, parce qu’il n’était pas malade et c’est l’Etat qui l’avait emprisonné, c’est l’Etat qui l’a tué. Et je prie Dieu de l’accueillir dans son paradis éternel amine.»

« Je voulais voir mon père parce que ça fait longtemps qu’on ne sait pas vu » a dit un de ses fils

                                                    Par Mamadou Yaya  Bah pour couleurguinee.com   

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE