23.5 C
New York
lundi, mai 23, 2022

Buy now

spot_img

Roger Bamba meurt à Ignace Deen : Il avait dit à un de ses parents qu’il allait être libéré dans une semaine  (Jacques Bognimy)

Roger Bamba, membre du bureau exécutif du parti UFDG et du Conseil National des Jeunes de cette formation politique a succombé dans la nuit du 16 au 17 décembre à l’hôpital Ignace Deen. Il avait été arrêté le 10 septembre dernier au Palais du Peuple. Il était détenu à la Maison centrale. Selon des témoignages, c’est hier nuit qu’il a été déposé au CHU Ignace Deen pour des soins, il est décédé.

Jacques Bognimy lui a rendu hommage

« Roger Bamba a été très actif dans les activités de l’opposition. Sa mort est une grande émotion pour nous. Nous sommes surpris. Nous n’étions pas au courant de la maladie de Roger Bamba. Nous savions qu’Etienne Soropogui est malade. Le cas de Roger vient enfoncer le clou. On n’a jamais appris qu’il est mort. C’est regrettable que les gens meurent comme ça. Depuis trois mois, il était détenu sans que la justice interviennent » s’est plaint Jacques Bognimy

«  En l’espace de deux semaines, on annonce la mort de trois personnes. Quelles sont les conditions de détention à la Maison centrale. Le porte-parole du ministère de la justice n’est apparemment pas au courant de ce qui s’est passé. Un parent de Roger qui est à N’Zérékoré a déclaré qu’il y a quelques jours, il avait parlé avec Roger qui lui a dit qu’il va sortir de prison dans une semaine » a dit Jacques Bognimy

Roger Bamba était membre du conseil de jeunes du parti Union des Forces Démocratique de Guinée UFDG . Il attendait son jugement et était de ceux qui avaient une position farouche vis-à-vis d’un troisième mandat du président Alpha Condé. Il était membre du conseil national des jeunes du parti UFDG. Il faisait partie des animateurs des assemblées générales de son parti.

Ce jeudi, joint par nos confrères des GG d’Espace Fm, Sékou Keïta le responsable de la communication du ministère de la justice pour sa version des fait s’est exprimé.

« Pour le moment, nous sommes en train de réunir des éléments pour que je puisse faire un communiqué et après peut-être apporter plus d’éléments de précisions sur cela » a-t-il affirmé.

Me Mohamed Traoré, membre du collectif des avocats de ce détenu affirme ne pas connaître les circonstances de sa mort

« Nous avons appris comme tout le monde qu’il est décédé hier nuit. Tout ce qu’on peut dire c’est que ce n’est pas la première fois qu’un détenu meurt à la maison centrale de Conakry. Il y a deux situations. Il y en qui meurent à la maison centrale. Il y en a d’autres qui sont malades auquel on refuse leur mise en liberté provisoire afin qu’ils se soignent » a-t-il souligné

Cet avocat estime que quelle que soient les conditions de vie dans une maison d’arrêt, les détenus restent toujours mal à l’aise.

          Par Abdul Karim Barry Pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE