30.4 C
New York
samedi, juillet 2, 2022

Buy now

spot_img

Plage de Rogbane : Hommage et prière pour les victimes

34 personnes ont péri le 30 juillet 2014 à la plage de Rogbane sis à Taouyah dans la commune de Ratoma. C’était suite à une bousculade lors d’une activité culturelle le jour de la fête de ramadan. Pour se souvenir et prier pour ces victimes, l’Association des Volontaires Aide aux Enfants Déshérités (AVAED) et l’Association Jeunesse Environnement et Développement Horizon 2000 ont organisé hier mercredi une cérémonie de lecture du saint coran et de sacrifices pour ces victimes dans une mosquée du quartier Rogbane.

Mamadou Macka Sow, le président de la commission d’organisation s’est adressé aux parents des victimes

« C’est leur demander de pardonner. Aujourd’hui, on a versé le sang pour ne plus jamais que cela se répète. On demande au tout puissant Allah de réserver le paradis éternel à ces enfants et aux parents de ces victimes de se joindre à nous. Notre ONG est entièrement à leur disposition. Je sais parce que je suis un père de famille, ça fait très mal de perdre un enfant »

Issa Soumah le maire de la commune de Ratoma a participé à cette cérémonie.

« Je suis très touché par ça parce que perdre une vingtaine de jeunes ce n’est pas facile. Si cela est arrivé on s’en remet à la volonté de Dieu et on continue à prier pour eux.  On est en train de faire des sacrifices pour eux qu’on donne à Dieu pour qu’il rehausse leurs présences au paradis par ce geste là » a dit ce maire.

Parmi ces victimes Kadiatou Diallo. Son papa Thierno Souleymane Diallo se souvient des dernières heures passées avec sa fille.

« Quand je pense à cela, ça joue toujours sur moi mais je m’en remets à Dieu. Ce jour, elle a fait toute la journée à belle vue. Et elle m’a dit papa je veux aller à Bambeto et je lui ai donné le transport elle est partie. Je suis revenu à la maison à 17heures, je demande où est ma fille. Ils m’ont dit qu’elle est chez les voisins. C’est le lendemain de la fête à 21 heures, on me fait savoir que Kadiatou était sortie avec ses camarades, toutes celle-ci sont revenues, mais elle on ne l’a pas vue. Je leur ai demandé où elle était partie, ils m’ont dit qu’elle serait partie à Rogbane et qu’il y a eu un accident là-bas. Finalement, c’est à Donka qu’on a récupéré le corps et on l’a enterrée à Hafia. Je remercie les organisateurs et tout le monde. Ce n’est pas leur volonté mais la volonté de Dieu » a lancé ce père de famille.

     Par Abdul Karim Barry pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE