23.3 C
New York
vendredi, août 12, 2022

Buy now

spot_img

Kankan : Des femmes du district de Djirlan prennent d’assaut la mairie !

Ces femmes en provenance de Djirlan, pieds nus, étaient armées de bâtons et avaient toutes les têtes attachées au foulard rouge dans la soirée d’hier lundi 28 décembre. Elles réclament la paternité d’une zone cultivable qui fait l’objet de bras fer entre leur localité et le district voisin de Sendoula.

Après avoir pris d’assaut la mairie de Kankan, elles ont mis le cap sur la Préfecture à la rencontre du préfet Amara Lamine Soumah, pour lui exposer leur problème. Selon Nagnouma Camara, cela fait 4 ans que les deux localités revendiquent chacune la propriété de cette terre

« Cela fait 4 ans que nous sommes en conflit avec les habitants de Sendoula » dit-elle.

Et d’enchainer « l’année dernière, nous avons cultivé de l’arachide, ils sont venus tout détruire. Hier soir, ils ont envoyé des machines pour couper les arbres plantés sur la zone à notre absence. Pourtant, demain, le dossier doit être jugé au tribunal, ils n’ont pas attendu cela. Nous sommes venus ici pour qu’on nous dire clairement pourquoi ils sont partis sur la zone, sinon si on retourne cela va dégénerer » A-t-elle fait savoir.

Sira Sidibé, autre habitante du district de Djirlan a laissé entendre que ce sont les autorités qui tirent le drap du côté des citoyens de Sendoula

« C’est la souffrance qui nous amène ici ce soir, ça fait 4 ans que nous sommes en conflit avec les autorités. Nous ne sommes pas en conflit avec Sendoula, mais plutôt avec les autorités. Pourquoi ce sont les autorités, elles même qui soutiennent Sendoula, pour nous retirer notre terre. Pourtant, nous avons les papiers de ce domaine. Ce matin, nous avons vu que notre champ d’anacarde a été détruit à travers des machines » a-t-elle laissé entendre.

Après plus de deux heures, ces femmes n’ont pu rencontrer aucune autorité administrative de Kankan. Au moment où nous quittions les lieux, elles étaient encore au bloc préfectoral à l’attente du préfet Amara Lamine Soumah.

Par Mariame Siré Traoré pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE