26.1 C
New York
jeudi, juillet 7, 2022

Buy now

spot_img

Accueil du nouvel an à la plage Bénarès : C’est doux et après… c’est chaud !

La plage de Bénarès situé au quartier Gbessia dans la commune de Matoto était en effervescence ce vendredi 1er janvier 2021. C’est pour célébrer le nouvel an. Derrière la cour, certains organisateurs vendaient des tickets. Le prix d’un billet pour la rentrée est fixé à 25 000 + un jus gratuit servi à la rentrée. Un pick-up des agents de la CMIS était aussi derrière la cour. D’autres  organisateurs étaient au portail pour le contrôle. Tu brandis ton ticket, tu rentres. Pas de procédures, de fouilles comme le font certains dans d’autres plages. Un kit de lavage des mains était installé justement à ce niveau. À l’intérieur, des jeunes dans la ferveur de la fête. Certains assis autour des tables ou dans des baraques accompagnés des belles filles. Ils consommaient des boissons diverses. Chacun, son goût. D’autres s’amusaient dans l’eau ou marchaient tout au long de la plage. Des vœux de nouvel an ont ponctué cette retrouvaille.

Des jeux de lumières coloraient la partie ainsi que des flambeaux (étincelles) qui retentissaient à gogo malgré l’interdit. On retrouve aussi des petites filles du quartier qui profitaient pour vendre des sachets d’eau. Un podium était installé pour les artistes invités nombreux à se relayer sur scène. Parmi eux Tamsir et le duo Marcus Garvey et King Salamon du groupe banlieuz’ard. Ils ont égayé la foule un bon bout de temps à travers leur morceau « Doucement ».

Les jeunes fredonnaient en chœur les morceaux des artistes, les mains en l’air. Ils esquissaient des pas de danses. Des cris de joie retentissaient. À la descente du groupe banlieusard, un pick-up était déjà posté sur place, juste aux escaliers du podium pour transporter les artistes afin d’éviter la pagaille. Malgré la ceinture sécuritaire, dans la foulée, King salamon l’un d’entre eux va recevoir un coup de main sur la tête de la part d’un jeune dit-on mal intentionné. Aussitôt monté dans le pik-up, le chauffeur démarre. La pagaye a commencé. Des sachets d’eau perforés survolaient l’assistance. Les agents de la sécurité ont rétabli l’ordre.

Par le fêtard Abdul Karim Barry pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE