23.7 C
New York
jeudi, juillet 7, 2022

Buy now

spot_img

Décès du Préfet de Gaoual : Amadou Diouldé Diallo sort ses griffes !

Selon le journaliste sportif Amadou Diouldé Diallo, la gestion du corps de feu Souleymane Sow le préfet de Gaoual, par le ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation indigne les ressortissants de Gaoual et ceux qui ont côtoyé le défunt préfet. Présent hier, à la morgue du CHU Ignace Deen, ce journaliste historien soutient que ce département ministériel se serait substitué à la famille du défunt pour ordonner que le corps soit transporté à Koumbia  dans un pick-up

« L’administration du territoire est arrivé à 8h 30 alors que tous les membres de sa famille n’étaient pas encore arrivés. Il a fait une petite déclaration et il a dit d’embarquer le corps dans un pick-up sous forme de fourgonnette. Lorsque les autres membres de la famille arrivaient, ils ont trouvé que le corps a été embarqué. Ça été un coup pour les ressortissants de Gaoual qui ont tenu automatiquement une réunion sur place » explique Amadou Diouldé.

Il dit saluer ce qu’il appelle l’intransigeance du député uninominal de Gaoual

« Il est venu dire non ! Souleymane Sow ne peut pas rentrer à Gaoual préfet de son état dans un pick-up fourgonnette. Il faut une ambulance climatisée pour l’amener à Gaoual. Il a téléphoné pour dire de retourner le corps à la morgue. Entre temps, il y a Oumar Binani qui est le président des ressortissants de Gaoual qui a émis l’idée que maintenant que le corps est parti, de téléphoner à Boké pour demander qu’on mette l’ambulance de Boké à la disposition de la famille et que le corps soit transporté à bord de cette ambulance. Ce qui fut fait » poursuit Amadou Diouldé Diallo.

« Un corps appartient à une famille. C’est ça la tradition. Donc, cette substitution-là moi-même je ne l’ai pas aimée » regrette Amadou Diouldé.

Et il enfonce le clou

« Il a eu des problèmes même avec les membres de sa famille. Il est resté en première ligne du combat pour le RPG au cours de toutes les élections qui se sont passées à Gaoual. Aujourd’hui, qu’il meurt on n’a pas trouvé le soin de s’occuper de lui et après son corps qu’on le jette de cette manière. Je trouve que cette décision de Bouréma Condé est  anormale » a-t-il regretté

Souleymane Sow est décédé le 6 janvier dernier. Il sera inhumé ce vendredi à Koumbia dans son village natal après la prière de 14heures

       Par Abdul Karim Barry Pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE