31.6 C
New York
samedi, mai 21, 2022

Buy now

spot_img

Nzérékoré : Deux fillettes de 5 ans et 7ans ont été violées par un homme de 30 ans

Le viol sur mineurs est devenu un fait de plus en plus récurrent dans notre pays. Deux filles de moins de 10 ans ont été violées par un homme qui frise la quarantaine. L’acte que les citoyens de la ville qualifient d’ignoble et d’abominable s’est passé  le 31 décembre 2021 dans le quartier Gboyéba qui relève de la Commune urbaine de N’Zérékoré

Le présumé auteur, un certain Wéwô Guilavogui, aurait profité de l’absence des parents de ces gamines pour les appeler dans sa chambre pour passer à la sale besogne.

La mère des deux petites filles est revenue sur comment  cet homme a pu abuser de ces enfants :

« J’ai deux filles ici, le 31 décembre dernier, on est resté dans le salon, il y a un jeune qui ne  loge pas là mais, souvent il vient derrière une femme. Le 31 décembre, il était venu et j’étais couchée au salon, il est rentré dans la chambre de la vieille qui était déjà à Lola pour la fête. Lorsque ce jeune nommé Wéwô Guilavogui est venu, il a appelé les deux petites filles dans la chambre que la vieille lui avait confiée. Il leur a donné des biscuits et des bonbons, moi je ne savais rien. Le jeune a éteint la lumière et il a commencé son acte ignoble par la plus petite qui n’a que 5 ans. Un peu de temps après, j’ai constaté l’absence prolongée des filles. Alors, j’ai commencé à les chercher dans la cour. C’est en ce moment que je les ai vues en train de quitter la chambre de cette femme où le jeune était.  Je voulais les frapper mais mon mari a dit non, donc je leur ai ordonné d’aller se coucher. Le dimanche après l’Eglise, j’ai vu la plus petite qui marchait à peine, lorsque je lui ai demandé, elle m’a fait comprendre qu’elle a mal au dos, mais tellement que j’ai insisté elle a fini par me dire la vérité qu’elle a été violée par le jeune Wéwô  Guilavogui. Et la plus grande qui a 7 ans, elle s’est aussi approchée de moi pour me dire que le jeune l’avait aussi déshabillée et l’a fait coucher  dans le divan  et il  s’est aussi déshabillé pour passer  à l’acte abominable. Je leur ai posé la question pourquoi elles n’ont pas crié, la plus petite de 5 ans m’a confié que leur bourreau avait la machette et les menaçait avec en leur disant que si elles crient ou elles disent à quelqu’un qu’il va les tuer », nous a confié Marie Louise Lamah, la mère.

Aux dire de cette dernière le bourreau a reconnu les faits de viol sur ces deux filles : ‘’Le même dimanche, lorsque j’avais su, nous nous sommes rendus dans la famille du jeune en question. Lorsque nous avons interrogé Wéwô Guilavogui, il a reconnu en disant dans le dialecte toma  qu’il a introduit son doigt dans l’appareil génital de la plus petite fille et il a reconnu aussi qu’il a couché avec la plus grande.  Lorsqu’il a reconnu les faits, je me suis jetée sur lui, puis, ma tension était élevée.  C’est en ce moment que sa tutrice a appelé les policiers pour venir amener le jeune en prison et il y avait passé sa première nuit. Nous avons porté plainte contre lui. Ensuite, on nous a dit d’envoyer les enfants pour des soins à l’hôpital et on a fait  le bilan complet des enfants », a laissé entendre Marie Louise Lamah, qui ne décolère pas.

Au commissariat, l’officier en charge de ce dossier est revenu sur comment il a reçu la plainte contre le citoyen Wéwô Guilavogui : «C’était la nuit du dimanche 03 Janvier 2021, que nous avons reçu une plainte de la part d’une certaine Marie Louise Lamah contre le présumé auteur pour tentative de viol. Alors, nous avons informé le procureur qui nous a ordonnés de diriger l’enquête et déférer ce présumé. Donc nous avons fait des réquisitions au médecin pour le bilan. Il s’agit de deux fillettes, l’une à 7 ans et l’autre à 5ans. Nous sommes allés avec les parents  à l’hôpital et le médecin légiste nous a confié qu’il n’y a pas eu de légions graves. Donc, la fillette de 7 ans son état physique en général est bon. Alors, aucours de nos enquêtes, on a compris que c’était une tentative », a confié  Adjudant Sylvain Koulemou, en service à la section Police judiciaire au Commissariat urbain de police de N’Zérékoré.

Plus loin, il signale qu’ils vont tout faire pour que le présumé violeur soit transféré devant le parquet ‘’Presque le dossier est prêt, Nous allons tout faire pour que ce dossier soit déféré devant le parquet ; c’est au parquet maintenant de voir qu’est-ce qu’il faut faire. Parce que le présumé est là et les filles sont venues avec leurs parents’’ a précisé l’officier en charge de ce dossier

Par Jean François Mamy correspondant regional pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE