30.4 C
New York
samedi, juillet 2, 2022

Buy now

spot_img

Labé : Deux prisonniers meurent à la maison centrale en moins de 24 heures

Les conditions de détention des prisonniers dans les maisons carcérales du pays continuent de faire des interrogations. A Labé, c’est deux prisonniers qui sont décédés successivement à la maison centrale de Labé. Le substitut du procureur apporte des précisions :

« Effectivement, en moins de 24 heures, il y a eu deux cas de décès à la maison centrale de Labé. Le premier cas de décès concerne un certain Mamadou Aliou Diallo alors qu’il était condamné à 30 ans de réclusion criminelle pour parricide, pendant qu’il purgeait sa peine. Le second cas concerne Mamadou Bhoye Bah, né en 1945 et qui était prévenu pour une affaire de vol de bétail. Mais tous les deux sont décédés des suite de morts naturelles. Pour le moment, je ne détiens pas les dossiers médicaux des deux pour dire de quoi ils souffraient. Nous pouvons rassurer la population que la pandémie, à un moment donné, était présente au niveau de la maison centrale de Labé, que nous parvenons à gérer actuellement parce qu’il n’y a pas d’incarcérations tant qu’il n’y a pas de test du prisonnier. Du coup, toutes les personnes qui sont détenues à la maison centrale sont toutes testées négatives. Lorsque l’intéressé est positif, il est directement conduit à Conakry et soigné avant de revenir pour être intégré. Nous prenons souvent des dispositions pour la santé des prisonniers. Mais, vous n’êtes pas sans savoir que la mort est un fait naturel, même si vous n’êtes pas en prison, ce qui reste clair un jour la personne va mourir. Maintenant, c’est la manière qui est une autre chose » soutient Patrice Koman Koivogui, le substitut du procureur près le Tribunal de première instance de Labé

Depuis Labé, Moustapha Bachir Diallo pour couleurdeguinée

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE