23.3 C
New York
vendredi, août 12, 2022

Buy now

spot_img

Mamou : Des présumés coupeurs de route arrêtés

A Mamou, trois présumés coupeurs de routes dans ont été mis aux arrêts. Mamadou Diallo, Mamadou Habib Barry et Amadou Oury Sow ont été retrouvés avec leurs armes au quartier Petel.

‹‹ la perquisition effectuée dans leur chambre a permis la saisie de deux (2) armes à feu : un PMAK et un TT30. Actuellement ils sont en audition au niveau de la brigade de recherche. Dans les heures ou jours qui suivent, un procès-verbal sera dressé et transmis à notre parquet ›› a dit El Hadj Sidiki Camara, procureur de la République près le Tribunal de première instance de Mamou.
Un seul d’entre eux a reconnu les faits qui leur sont reprochés.

‹‹ C’est un ami qui m’a appelé pour venir voir chez lui. Je suis venu et j’ai passé la nuit. Ce matin, pendant qu’on était dehors, les agents sont venus nous interpeller. Je n’ai pas l’habitude de passer la nuit chez lui, c’est seulement hier que nous avons opéré ensemble pour la première fois. Il était venu à Kegneko. Au retour, nous nous sommes rencontrés avec une voiture, il m’a proposé de l’attaquer, je lui ai demandé pourquoi ? Il répond, c’est pour nous faire de l’argent. Il avait gardé son sac d’armes dans la brousse. Il est rentré afin de ramener son sac, je lui ai demandé qu’est-ce qui est dans ce sac ? Il me signifie que ce sont ses outils. Quand je lui ai dit que je ne suis pas dans ça, il m’a ordonné de tester avec la moto. Il est parti faire ce braquage et il a pris deux (2) millions de francs guinéens ›› a reconnu un des présumés coupeurs de route.
Les autres ont plaidé non coupable.

‹‹ Je dormais dans la cour, on m’a réveillé et on m’a pris, c’est tout ce que je sais. Quelqu’un d’entre eux  est rentré me réveiller, me disant que je suis en état  d’arrestation. J’ai dit ‘’ Pour quel motif’’. Il répond ‘’ c’est pour une affaire de braquage’’ j’ai répondu que je ne suis pas de ce genre. Je suis à la recherche d’un emploi. Je suis venu de Kindia avec ma sœur et sa petite famille. Je vois ce gars, mais je ne connais rien de ce qu’il fait comme travail›› a déclaré Mamadou Habib Barry.
Aux dires des autorités judiciaires de Mamou, c’est sont les fruits d’une concertation sécuritaire regroupant tous les chefs des différentes unités de la gendarmerie la veille aux environs de 22 heures dans l’enceinte de l’escadron mobile Numéro 12 Mamou .

Par Djibril Timbo Barry pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE