27.7 C
New York
mardi, août 16, 2022

Buy now

spot_img

Ecole primaire de Missiran (Kankan) : Les larmes du gouverneur Sadou Kéïta

Le Gouverneur de Kankan et sa Directrice de Cabinet ont coulé les larmes dans l’enceinte de l’école primaire Missiran ce lundi, 08 février 2021. Cette visite a été suscitée par des reportages de certains médias de cette Préfecture sur l’état de dégradation de cette école.

 Le gouverneur et sa suite ont vu des salles de classes délabrées, les tôles trouées, les plafonds noircis, les toilettes infréquentables. Ils ont vu que les élèves suivent les cours assis à même le sol. Sadou Keïta n’a pu retenir ses larmes « Mes sentiments, c’est des sentiments très alarmants, lorsque vous voyez des enfants de 6 à 7 ans assis sur des briques à la conquête de la culture, de l’instruction, c’est un peu gênant. C’est avec les larmes aux yeux que je quitte ici. Mais, encore une fois ce sont ces larmes qui fouetteront ma conscience de m’investir pour que bientôt, et très bientôt, qu’on ait une école qui réponde d’une infrastructure moderne », s’est engagé Sadou Kéîta.

L’école primaire Missiran est créée en 1960, l’autorité régionale fait savoir que toutes les autorités doivent s’investir pour réhabiliter cette école. « C’est utile que toutes les autorités s’impliquent pour que cette vieille école ne disparaisse pas. Il n’y a rien à arranger ici, tout est à refaire. La toiture n’est pas bonne, les mûrs ne sont pas bon. Ce n’est pas les réparations qui vont arranger cette école. Mais, une reprise entière », a prévenu l’autorité régionale.

Le directeur de l’école, Moussa Condé, se dit content de la visite du gouverneur : « Vraiment, je n’ai rien à dire, parce que je suis content, très ravi du fait que la première autorité s’est présentée dans mon école pour toucher du doigt les réalités. Les personnes de bonnes volontés ont déjà amené deux chargements de sable et d’autres ont promis deux tonnes, trois tonnes et même 50 sacs de ciment. Donc, les choses vont à grand pas », s’est réjoui le chef d’Etablissement.

Des nombreuses écoles publiques de Kankan sont à l’image de l’école primaire Missiran, ont fait remarquer des observateurs.

Mariame Siré Traoré pour Couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE