13.9 C
New York
jeudi, octobre 6, 2022

Buy now

spot_img

Maison centrale de Coronthie : Almamy Aguibou y séjourne de nouveau !

Porté disparu alors qu’il s’apprêtait à se marier, Almamy Aguibou Diallo est resté pendant plusieurs mois sans donner de ses nouvelles. Emprisonné à camp Soronkoni à Kankan, puis détenu dans plusieurs commissariats et parquets de Conakry, il se retrouve finalement à la Maison centrale de Conakry.  Ce mardi 9 février, son père a expliqué les circonstances dans lesquelles, il a été arrêté.

« Il m’a dit qu’on l’accuse de détention d’armes, que tout ce dont ils accusent Ousmane Gaoual sera sur moi aussi. Depuis le 11 septembre j’ai, perdu mon fils de vue. Il dormait à Kipé, quelqu’un l’a appelé à 21h, il sort et revient à 1h du matin, cette fois avec des hommes en uniforme qui sont entrés dans la chambre de son jeune frère pour fouiller. Puis, ils sont repartis avec Aguibou. À 4h, son petit frère emprunte un taxi-moto pour venir m’informer à Samatran que des hommes en uniforme ont enlevé son frère. Deux jours après plusieurs recherches, je me suis rendu à la DPJ. C’est là-bas à la rentrée quand je me suis présenté étant le père de Almamy Aguibou, le chef de poste m’a répondu que celui-ci n’a pas de visite. J’ai finalement rebroussé chemin pour me diriger vers son avocat maître Béavogui. Après des mois de recherche, je me suis adressé à la presse. Et le lendemain seulement on m’annonce qu’il est à la maison centrale. C’est le lundi matin que maître Beavogui et moi sommes rendus à la Maison centrale et c’est enfin là que je l’ai vu. La première des choses qu’il me dit c’est papa je ne sais pas vraiment c’est que j’ai fait. Et il rajoute quand on l’avait pris, on l’a amené à Soronkoni. Après là-bas, c’est le camp Samory, puis dans une villa à côté de la présidence. Il a été hospitalisé aussi à Ignace Deen pour une perfusion. Après la Maison centrale, c’est Me Beavogui qui m’a donné 100.000 francs pour mon transport », a-t-il entonné, avec désolation.

Commissaire Fabou aurait reproposé au jeune Aguibou de travailler avec lui au sein de son service un mois avant qu’il ne soit arrêté. « Aguibou m’avait une fois dit que le commissaire Fabou m’a appelé 4 fois, j’étais ébahi moi. Et il me dit qu’il a peur. Je lui ai dit : écoute, va te présenter. Il va et commissaire Fabou lui dit qu’il est un jeune intelligent etc, donc je veux toujours tes conseils et ton expérience, Aguibou répond qu’il n’a jamais travaillé… qu’il n’a pas de boulot qu’il se débrouille dans le secteur privé, Fabou lui dit non ça ne te dérangera pas. Quand il est revenu me raconter ça, j’ai voulu lui dire de fuir parce qu’il n’était pas militaire pour faire ce genre d’activité. C’est à un mois de ça qu’ils l’ont pris », a-t-il rajouté.

À rappeler que Almamy Aguibou, ancien détenu qui avait retrouvé une vie normale après avoir passé sept ans derrière les barreaux, avait bénéficié d’une grâce présidentielle, en janvier 2019.

Par Mamadou Alimou Diop pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE