26.1 C
New York
jeudi, juillet 7, 2022

Buy now

spot_img

Guinée : Une miss au teint naturel se déchaine contre les Africaines qui se dépigmentent

Récemment rentrée des Philippines où elle a été couronnée « Miss Summer International Top Africa », Halimatou Diallo était dans nos locaux le vendredi 19 février 2021. Notre entretien a porté sur le travail que mène son ONG  Volontaire pour la Lutte contre la Dépigmentation (VOLUCOD)

« Plusieurs activités ont été menées sur le terrain par cette ONG qui lutte contre la dépigmentation et la discrimination des Albinos. Une sensibilisation pour l’acceptation des albinos. Des sensibilisations pour attirer l’attention des femmes sur les produits toxiques vendus sur les marchés » a dit Halima.

Elle a énuméré les zones ciblées pour cette sensibilisation

« Les grands carrefours, de Conakry à Boffa, les ateliers de couture et salon de coiffure à Dubreka, Tobolon où des dons de denrées alimentaires, de produits cosmétiques et de kits sanitaires ont été faits. Deux campagnes de dépistages précoces sur le cancer de seins » a-t-elle expliqué

La dépigmentation a des conséquences souvent liées à des maladies comme le cancer et l’hyper tension. Cette miss interpelle les acteurs de tout bord et notamment les autorités.

« L’Etat doit s’impliquer pour qu’il puisse interdire l’importation des produits éclaircissants et les publicités de ce genre. Vous savez les médias aujourd’hui ont beaucoup plus d’impacts et les célébrités. Les acteurs culturels ont beaucoup d’influences sur la population. Il faut que tous les acteurs s’impliquent tels que les politiques, les religieux, les journalistes, mais aussi et surtout les artistes. C’est des modèles de société. Il faut faire éviter à la population de reproduire ce que les autres font à la télé et qui sont nuisibles » a-t-elle suggéré.

Cette présidente de l’ONG VOLUCOD a aussi dénoncé la qualité de certains produits cosmétiques dans les marchés.

« Nous avons des produits toxiques présents mais aussi périmés avec une conservation inadéquate. Et certains sont fabriqués dans des maisons, pas de contrôle de qualité, et il y a le manque d’informations des clients qui sont souvent dupés » regrette-elle.

A ceux qui s’adonnent à cette pratique, cette Miss fait des recommandations.

« C’est de revenir au naturel. Nous avons des produits locaux. Il y a le beurre de karité, l’huile de coco,  l’huile de neem, le savon noir que nos grands-mères utilisent, le savon diama etc… » a-t-elle conseillé.

       Par Aissatou Diallo pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE