18.7 C
New York
lundi, mai 16, 2022

Buy now

spot_img

Procès de Amadou Diouldé Diallo : Le procureur a requis 5 millions d’amende. Le président du tribunal a renvoyé le délibéré !

Alors que ses avocats s’attendaient à sa mise en liberté ce mercredi 13 avril premier jour de son procès le journaliste Amadou Diouldé Diallo, doit devoir encore attendre et va continuer sa convalescence à l’hôpital Ignace Deen. C’est la décision que vient de rendre le président de la cour Aboubacar Mafering Camara. Après de 6 heures de débat entre le représentant du ministère public et les avocats de la défense, il a rejeté la demande des avocats et a renvoyé le délibér le 28 avril prochain.

Le journaliste, devant le juge a déclaré qu’il assume ses propos tenus dans l’émission  » Oeil de Lynx ». Il a dit qu’il n’a pas offensé le Président Condé. Mais, qu’il a alerté.

Après être longuement revenu sur la teneur des propos du journaliste lors de son passage dans l’émission « œil de lynx » pour laquelle il est détenu, le procureur Sidy Souleymane N’diaye a qualifié les propos de Amadou Diouldé Diallo d’atteinte à la considération et au respect du président de la République. Il l’a déclaré coupable du délit d’offense au président de la République et l’a condamné à une peine d’amende de 5 millions de francs guinéens.

Ce, dit-il, en application des dispositions combinées à la loi 98 et 105 de la loi L2010 02 CNT du 22 juin 2010, portant liberté de la presse.

Ensuite suivront les plaidoiries et les réquisitions des avocats. Ces derniers ont exhorté le juge à mettre en liberté leur client vu le contexte du mois de ramadan qui a débuté aujourd’hui pour qu’il déjeune avec sa famille. Le procureur à son tour a rejeté cette mise en liberté. Il a mis le dossier en délibéré.

Un renvoi de trois  semaines en maintenant la détention provisoire. Une décision qui a vite fait réagir Me Salifou Beavogui avocat du collectif. Il s’est dit révolté

« Je suis avocat mais j’ai eu peur aujourd’hui. Vraiment, j’ai encore eu une autre image du procureur. Même, si on envoie un cercueil, il va le placer sous mandat de dépôt. Mais, la roue de l’histoire tourne » a-t-il lâché.

Les débats se sont poursuivis pendant un bon moment entre les avocats et le représentant du ministère public. Finalement, le président de la cour a rejeté la demande faite par les avocats et a renvoyé le délibéré au 28 avril prochain.

      Par Abdul Karim Barry pour couleurguinee.com

 

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE