18 C
New York
lundi, mai 16, 2022

Buy now

spot_img

Kipé 2 et Soloprimo : Les cimetières seront fermés définitivement à partir du 10 mai

A partir du 10 mai 2021, le cimetière de Kaporo-rails situé à côté de la déviation à Kipé 2 et celui  dit « des martyrs » situé à côté du rond-point Bambeto, tous dans la commune de Ratoma, ne vont plus servir de lieux d’inhumation des morts. C’est une note circulaire du secrétariat aux affaires religieuses qui a notifié cette décision aux imams et aux chefs de ces quartiers

« Cette lettre a été envoyée par le secrétaire aux affaires religieuses nous informant qu’on doit arrêter l’enterrement dans ces cimetières à partir du 10 mai. Donc, j’ai convoqué tous les imams de toutes les mosquées du quartier pour les informer. La note circulaire indique, d’après le ministre, que c’est un endroit qui doit servir d’aménagement, que cet endroit concerne le lieu public » a rapporté Alpha Saliou Barry chef du quartier Kipé 2.

Ce vendredi, on s’est rendu au cimetière de Kaporo-rails. Trouvé sur place, le chargé de l’entretien de ce cimetière était à la tâche.

« Ceux qui ont ordonné cela, ils n’ont pas pris la bonne décision. Sinon, on allait au moins épargner cet endroit. C’est le cimetière qui sert tout ce quartier-là. Qu’ils interdisent d’inhumer les gens ici c’est le seuil de la cruauté. Je n’avais jamais vu un tel cas. Mais, qu’ils sachent qu’ils sont mortels aussi. Et Dieu ne dort pas. Wassalam ! » a laissé entendre Mamadou Aliou Diallo

Thierno Sadou Bah citoyen de Kaporo-rails se dit choqué d’apprendre cette décision.

« Même si quelqu’un meurt, il ne peut pas être inhumé, je me demande où va-t-on dans ce pays de Alpha Condé. D’abord, ils ont cassé les lieux de culte et maintenant on vient s’attaquer aux cimetières. C’est très dommage ! Qu’ils nous montrent maintenant où on va enterrer nos morts parce qu’ils ne peuvent pas empêcher les gens de mourir. Avant d’interdire quelque chose, je pense qu’il faudrait d’abord trouver une solution. Quelqu’un ne va pas mourir ici et que tu l’envoies dans un autre quartier pour l’enterrer. C’est pourquoi, les cimetières sont surveillés, il y a des gardiens. On te réclame le certificat de résidence. Vraiment je ne sais pas quoi dire » se désole-t-il.

Le chef du quartier Bambeto interrogé à ce sujet au téléphone nous a dit qu’il est malade. Et qu’il ne peut pas aborder ce sujet pour l’instant

        Par Abdul Karim Barry Pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE