21.1 C
New York
samedi, septembre 24, 2022

Buy now

spot_img

Cellou Dalein Diallo : « ce que Kassory Fofana raconte n’a aucune base » !

Le premier ministre Docteur Ibrahima Kassory Fofana a accusé l’opposition d’avoir bloqué toute manifestation de la vérité. Il ajoute que la même opposition terrorise les victimes pour qu’elles refusent de témoigner.
Ce jeudi, Cellou Dalein Diallo Président  de l’UFDG  a démenti ces propos du Premier Ministre. Il se dit surpris d’entendre de tels propos avancés par Kassory Fofana.
« Ce que le premier ministre raconte, ça n’a aucune base. C’est une revendication constante de l’UFDG et de l’opposition des enquêtes soient menées pour identifier les auteurs des crimes lors de nos manifestations. Il n’y a pas eu un seul dialogue politique où on n’a pas revendiqué et obtenu un engagement ferme du gouvernement de diligenter des enquêtes sérieuses pour identifier les auteurs de ces crimes. C’est nos militants qui sont tués lors des manifestations. Comment voulez-vous qu’on fasse obstruction à la manifestation de la vérité. Je dois avouer que justement je ne le reconnais pas. Lorsque qu’on dit qu’Alpha Condé est fort pour transformer les gens, je crois qu’il est effectivement fort. Parce que Kassory que j’ai connu qui était d’une certaine droiture qui était d’une probité, qui était attaché à la valeur, il ne peut pas dire des choses comme ça. C’est pas possible », a-t-il regretté dans l’émission  » Mirador  » chez FIM FM
Cellou Dalein Diallo a justifié l’abstinence de l’UFDG à organiser les mots d’ordre de manifestations ces derniers temps.
« On ne peut pas faire des manifestations lorsqu’il y a la maladie. On a tous peur de la propagation de la pandémie. Il y a bien entendu depuis octobre 2019, les Guinéens sont dans la rue pour s’opposer au troisième mandat. La répression a été sanglante. Il y a eu 99 morts avant l’élection du 18 octobre, dont une trentaine a été enterrée dans des fosses communes nuitamment à N’Zérékoré. Aucune enquête, aucune compassion de douleurs. Ceux qui ont été arrêtés avant pendant et après le double scrutin, la soixantaine de personnes vient d’être condamnées. La violence a été inouïe. Et mieux les PA ont été renforcés, l’armée a été réquisitionnée et puis la pandémie » a expliqué le leader de l’UFDG
 Par Abdul Karim Barry Pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE