21.1 C
New York
samedi, septembre 24, 2022

Buy now

spot_img

Israël : plus de cent blessés dans des manifestations nocturnes à Jérusalem ( sources policières ) !

Des affrontements entre les forces de police israéliennes et des manifestants palestiniens ont fait plus d’une centaine de blessés au cours de la nuit à Jérusalem, ont annoncé des sources médicales et policières, vendredi 23 avril.

Le Croissant-Rouge palestinien a fait état d’au moins 105 blessés, dont une vingtaine ont été transférés à l’hôpital, tandis que la police a déclaré qu’elle avait recensé 20 blessés dans ses rangs et arrêté 44 personnes lors de ces affrontements.
Ces heurts ont éclaté alors que la police israélienne avait été mobilisée pour encadrer une marche organisée par le mouvement juif d’extrême droite Lahava, un groupe ouvertement hostile aux Palestiniens, à l’entrée de la Vieille Ville de Jérusalem.
Contre-manifestation
Les forces de l’ordre avaient déployé des centaines de policiers et la cavalerie près de la porte de Damas et dans des quartiers avoisinants. « Nous autoriserons les manifestations au nom de la liberté d’expression mais nous agirons contre toute forme de violence », a affirmé jeudi soir la police israélienne, précisant dans un communiqué vouloir éviter des affrontements entre les deux parties.
Mais cette manifestation du groupe Lahava – dont certains membres ont crié « Mort aux Arabes », selon des témoins – a été perçue comme un geste de provocation et conduit à des affrontements avec des Palestiniens qui revenaient de la prière nocturne du ramadan à l’esplanade des Mosquées.
De jeunes Palestiniens ont organisé une contre-manifestation pour s’y opposer et des incidents ont éclaté à l’entrée de la Vieille Ville, située dans la partie orientale de Jérusalem annexée par l’Etat hébreu, et se sont prolongés dans la nuit.
Les policiers ont tenté de disperser les manifestants en utilisant des gaz lacrymogènes, des grenades assourdissantes ainsi qu’un canon à eau.
Des incidents avaient déjà éclaté mercredi à Jérusalem. Des vidéos diffusées dans les médias et sur les réseaux sociaux montraient des employés arabes travaillant dans des commerces du centre-ville de Jérusalem et des journalistes être agressés violemment par des jeunes Juifs criant « mort aux Arabes ». Quelque 70 personnes, juives et arabes, ont été arrêtées mercredi et jeudi, et 64 d’entre elles ont vu leur garde à vue prolongée, selon un communiqué de la police israélienne.
Ces affrontements, en plein mois du jeûne du ramadan, interviennent aussi au moment où des familles palestiniennes du quartier de Cheikh Jarrah, situé tout près de l’entrée de la vieille ville, dans Jérusalem-Est, sont menacées d’expulsion par Israël.
La Jordanie, qui a contrôlé pendant près de vingt ans Jérusalem-Est avant sa prise et son annexion par Israël en 1967, a tenté cette semaine d’empêcher ces expulsions en remettant aux Palestiniens des contrats attestant, selon Amman, du droit de ces familles à rester dans les maisons concernées.
Source lemonde.fr

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE