30.4 C
New York
dimanche, juillet 3, 2022

Buy now

spot_img

TPI de Kankan : Nanfo Ismael Diaby trouve une bonne astuce devant le juge !

Poursuivi pour trouble  par un ministre du culte et pour les manquements aux dispositions des articles 698 et 991 du code pénal, Nanfo Ismael Diaby était ce mardi, 18 mai 2021 à la barre du Tribunal de Première Instance de Kankan. Après la lecture des chefs d’inculpations, il a balayé d’un revers de  main les accusations articulées contre lui. Après des débats contradictoires, le ministère public a demandé de le  retenir dans les liens de la culpabilité et de le condamner à deux ans de prison ferme. Son avocat a plaidé la relaxe pure et simple pour délits non constitués.

Nanfo Ismaël Diaby est arrivé au Tribunal placé sous une forte escorte. Il a pris place dans la salle d’audience. Pour la première fois depuis 2019, il fait face au tribunal correctionnel de Kankan. Au début du procès, après avoir décliné son identité, l’imam a dit ne pas reconnaître les charges retenues contre lui.

A la demande du juge Oumar Kadiatou Sylla concernant la religion qu’il pratique, Nanfo Ismael Diaby a laissé entendre qu’il n’est pas musulman, que sa religion s’appelle « Auto soumission ». Aussitôt, l’avocat de la défense a fait savoir au tribunal que son client ne devrait pas être arrêté pour un manquement aux dispositions des articles 698 et 991 du code pénal qui lui interdisent toute activité religieuse publique. Selon lui, ces décisions sont attaquées à la Cour Suprême, par conséquent suspendues. Le procureur a aussi pris la parole et a fait savoir qu’en matière de droit, c’est un acte judiciaire qu’on peut attaquer en recours et non un acte administratif.

Après les débats houleux, dans la phase des réquisitions et plaidoiries, le procureur a demandé au tribunal de retenir Nanfo dans les liens de la culpabilité. Pour la répression, il requiert deux ans d’emprisonnement ferme assorti d’une amende de 1.000.000 GNF.

Pour sa part, l’avocat de la défense a  déploré les conditions d’arrestation de son client. Il a demandé à la cour la relaxe pure et simple de Nanfo pour délits non constitués en s’appuyant sur l’article 544 du code de procédure pénale qui stipule que si le fait n’est pas établi, le prévenu doit être renvoyé pour des fins de poursuites judiciaires.

Après avoir entendu les deux parties, le tribunal a renvoyé le dossier au 25 mai 2021 pour la décision.

Par Mamady Cherif à Kankan pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE