26.9 C
New York
lundi, juin 27, 2022

Buy now

spot_img

Conakry : El Hadj Ibrahima Cherif Bah passe la première nuit de semi-liberté chez lui !

Après avoir passé 248 jours à la maison centrale de Conakry, El Hadj Ibrahima Cherif Bah,  vice-président du parti Union des Forces démocratiques de Guinée UFDG a regagné son domicile ce samedi 17 juillet 2021. A son domicile, il y a eu de nombreux membres de sa famille.

Mouctar Bah, un membre de la famille, porte-parole de circonstance s’est réjoui de sa libération.

« Comme vous le constatez, il y a la joie dans la famille. Il est le doyen d’âge. Aujourd’hui, il est libre après avoir passé 248 jours à la maison centrale et à l’hôpital Ignace Deen parce qu’il a été plusieurs fois hospitalisé pour des troubles cardiaques. Donc, s’il bénéficie d’une liberté provisoire, nous sommes très contents. Nous remercions Dieu, nous remercions toutes les personnes qui ont œuvré pour sa liberation et nous remercions les personnes qui se sont impliquées directement et indirectement » a-t-il dit

Ce jeune de la famille Bah s’est aussi exprimé.

« Son absence a beaucoup impacté la famille. Depuis son arrestation, la famille de Pita, Koubia et Labé et sans oublier la famille de Conakry sont là. Mais, c’est lui qui manquait ici  » a-t-il fait savoir

. « Nous demandons à la justice  guinéenne de les libérer totalement pour qu’ils  poursuivent leurs activités normalement » a-t-il demandé

Peu avant, Cellou Dalein Diallo, le président du parti Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) s’est exprimé sur cette actualité

« Je me réjouis pour mes collaborateurs qui vont retrouver la chaleur de la vie familiale et continuer à se soigner à domicile. Mais il ne faut jamais oublier qu’ils sont des innocents tout comme beaucoup de leurs camarades tels qu’Etienne Soropogui, Foniké Menguè et Ismael Condé qui croupissent en prison depuis plus de 8 mois ainsi que Keamou Bogola HABA, déféré hier à la maison centrale. Cette libération conditionnelle ne peut réparer et même atténuer cette injustice et les préjudices physiques et moraux qu’elle a causés à ces innocentes victimes, à leurs familles et à l’UFDG, leur Parti »

                                           Par Mamadou Yaya Bah pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE