11.5 C
New York
samedi, octobre 1, 2022

Buy now

spot_img

Pita : De Eid El Kebir à la sauvegarde des plantes !

Cette année encore, à Pita, il y a eu le projet « Donkin leggal » entendez « Tabaski un arbre ». Le mercredi 22 juillet 2021, 150 plants ont été posés tout autour du lac Oustouya situé au quartier Guèmè et à Gadha Koubi situé à quelques kilomètres du centre-ville.

Mamadou Diouhé spécialiste de l’environnement est l’initiateur de ce projet

« Notre objectif c’est la protection de l’environnement. Comme vous le savez, chaque année, les citoyens viennent au village pour la fête de Tabaski. On a ajouté ce programme là pour que chacun plante un arbre le lendemain de la fête » a-t-il fait savoir.

Ces plants seront protégés par les citoyens de Pita annonce cet activiste

« Nous avons pris contact avec les autorités communales et préfectorales mais aussi avec les citoyens à la base pour qu’on travaille ensemble par rapport à ce projet. On les a sensibilisés pour leur dire combien de fois il est important de sauvegarder ces plants et surtout ce lac qui est historique pour nous » a-t-il expliqué.

Oumar Mouctar Bah, le vice-président de « Bhantal Pita » (l’émergence de Pita) basé à Conakry a exprimé son sentiment

« Je suis aujourd’hui pour accompagner les associations qui ont pris cette initiative de reboisement des plants autour de ce lac qui constitue une grande source pour la commune urbaine de Pita. Je les remercie beaucoup et je les encourage »a-t-il dit

La deuxième étape a été Gadha Koubi où 60 plants ont été posés dans l’enceinte de l’école primaire « le rêve »

Diallo ElHadj Souleymane, le président de l’association des jeunes Unis pour le développement de Gadha Koubi (AJUD-DK) se dit content. Il a demandé aux citoyens de s’unir et de se donner les mains. Mody Mamadou Bah l’imam de la mosquée de Gadha Koubi a remercié les initiateurs.

« On avait ce souhait de planter les arbres ici. Mais, si Dieu fait en sorte que ce sont les gens-là qui vont le faire, on ne peut que les remercier. Ils sont les bienvenus. Ils sont chez eux. Quiconque plante un arbre, il l’a planté pour tout le monde. Personne ne sait  qui l’arbre peut servir » a-t-il dit

Amadou Diouldé Keïta le directeur de cette école s’est aussi réjoui du choix porté sur son école pour planter ces arbres.

 Par Abdul Karim Barry pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE