15.1 C
New York
dimanche, septembre 25, 2022

Buy now

spot_img

Pita : Les explications après les épreuves !

A la fin des premières épreuves du BEPC au centre Djissouma, dans la commune urbaine de Pita, élèves, surveillants et délégués se sont exprimés.

« Ça s’est bien passé aujourd’hui. Surtout avec la rédaction, on nous a donné un sujet qui était abordable. Personnellement, j’ai réussi à traiter ce sujet. Mais, en mathématiques, on nous a collés sur la partie activité numérique concernant les équations. Et le sujet était long aussi par rapport au temps accordé » a expliqué Alseny Barry candidat.

Ce jeune élève invite ses collègues à redoubler d’efforts les jours qui suivent.

« Je leur demande de réviser beaucoup concernant les autres matières qui restent et d’être courageux. Je nous souhaite tous bonne chance » a-t-il dit.

Mamadou Diouldé Barry, de son côté dit également qu’il s’en est bien en sorti en rédaction.

« La rédaction, c’était bien, mais les mathématiques, ça nous a créé des difficultés. Le sujet était bien sûr dans le programme, mais nous, on était en retard sur cette partie lors des cours » a-t-il expliqué.

À la question de savoir quel climat prévalait entre eux et les surveillants, ce jeune élève répond.

« Ils étaient cool. On ne peut pas leur en vouloir quand même. Le problème c’était autour du sujet de mathématiques » insiste ce candidat.

Même son de cloche pour cet autre élève qui entonne que l’épreuve de mathématiques était plus qu’une colle

« Les mathématiques, c’était citron. C’était trop difficile. Ils ont mis des pièges dedans. On n’a pas pu faire beaucoup de choses » dit-il.

Mamadou Fadja Diallo délégué régional au centre de Djissouma pour sa part déclare qu’il n’y a eu aucune fausse note.

« Aucun élève n’a été surpris en train de frauder, aucun surveillant n’est venu en retard. Il n’y a pas eu de tentatives de fraude. Vraiment, chacun a respecté les règlements généraux des examens et il n’y a eu aucun problème. Donc, si ça continue comme ça, on dira vraiment chapeau au centre Djissouma » se réjouit-il.

Monsieur Diayla Diallo professeur de Français et surveillant soutient que c’est la sérénité qui a caractérisé cette première journée

« La surveillance s’est très bien passée. Les collègues se sont bien comportés, pareil pour les enfants, le secrétariat a travaillé avec diligence et nous sommes très contents. Au centre Djissouma, je peux dire que c’est la pédagogie qui a parlé ici » dit cet enseignant.

Par Abdul Karim Barry pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE