23.3 C
New York
vendredi, août 12, 2022

Buy now

spot_img

Pita : Ces pains « tappa lappa » qui chatouillent les langues !

Vous débarquez à Pita, vous goûterez forcément le pain local «  tappa lappa » reconnu sur le plan national pour sa qualité et son goût. J’en connais dans certaines Préfectures de la Guinée qui lancent souvent des commandes avec les voyageurs pour qu’on leur apporte le pain de Pita. Il est délicieux. Et pourtant, il est fait de façon quasi artisanale par des analphabètes qui n’ont jamais eu la moindre formation en matière de pain dit moderne.

Sans contestation aucune, la préfecture de Pita est considérée comme la championne dans la conception du pain.

« Le pain de Pita a un bonne réputation. C’est de la très bonne qualité. Et ça c’est reconnu partout » commente Bah Abdoul Karim commerçant

Mohamed Lamine Camara, chef d’agence à la caisse de prévoyance à Pita a été muté à Pita depuis mars 2020.

« Il faut le reconnaître, les pains de Pita sont de bonnes qualités en matière non seulement du poids mais aussi du prix. Les boulangers de Pita ont des bonnes méthodes de production du bon pain, parce que quand tu prends le poids du pain de Pita et celui de Conakry, tu sens une nette différence » dit-il

Alama Fofana est un agent du bataillon Autonome des Troupes Aéroportées (BATA) en service actuellement à Pita. Il dit avoir fait beaucoup de villes en Guinée mais soutient n’avoir pas encore trouvé un pain aussi délicieux que celui qu’il consomme à Pita

« Je suis là il y a presque 2 ans. J’étais à Conakry, après Mamou, Dalaba et actuellement on est là. Mais, je peux dire que le pain fabriqué ici, c’est impeccable vraiment. On mange du bon pain ici par rapport aux autres régions. S’il s’agit de faire un choix, je préfère le pain de Pita » a tranché cet officier.

Mamadou Bhoye Barry, instituteur à la retraite est aussi consommateur

« Nous, nous disons que Pita est meilleur. Si nous prenons par exemple la boulangerie de El Hadj Aldiouma et certaines boulangeries voisines quand nous y partons, on paie le pain et si on se déplace dans des différentes localités un peu distante du chef-lieu, on peut garder le pain deux à trois jours. Et il reste dans le même état, comestible. Ça a toujours un bon goût. Donc, vu l’état de conservation, on peut dire qu’il est meilleur, mais aussi la douceur. Car si vous l’utilisez avec certaines légumes, c’est agréable. Je ne diffame pas les autres préfectures, mais parmi les différents lieux où on a passé, on suppose que le pain produit à pita est exceptionnel » soutient ce retraité.

Ibrahima Baldé est boulanger. Il dit exercer ce métier depuis le régime de feu Ahmed Sékou Touré. Il nous décrit la recette pour avoir un bon pain.

« Ce que je comprends à propos du pain, quand tu verses la farine dans le récipient, tu mets le sel que tu mélanges très bien avant de mettre la levure et tu mélanges la farine avec ça aussi très bien et tu mets de l’eau. Ensuite, c’est le flashage qui constitue la première étape et qui est importante pour réussir un bon pain. Donc, tu dois bien pétrir la farine et attendre jusqu’à ce que la farine se fermente. La fermentation ça dépend. Ça peut prendre 1heure ou 1heure et demie. Et quand ça se fermente, on poursuit avec la division ou la pesée. Là, également, il faut que les pattes soient au même niveau en quantité. Ensuite, le façonnage (boule) l’apprêt (il faut faire en sorte que la pâte soit droite comme une règle). Nous procédons après au grainage (scarification du pain avant l’enfournement) et la cuisson. Et l’autre élément aussi important c’est à propos du chauffage du four. Il faut bien le chauffer. Tu le laves très bien. Et tu scarifies très bien la pâte avant l’enfournement. Tu prépares le colorant aussi qui est à la base de la farine et de la levure et de l’eau que tu fait bouillir dans le four. C’est ça que tu vas mettre sur la pâte et c’est ce qui fait rougir le pain. Le cas contraire, tu n’auras pas un pain souhaité » a-t-il indiqué.

C’est trop technique toute cette littérature. Mais, l’essentiel, c’est la finalité : le pain de pita est doux. A so to god !

De retour de Pita, par le boulanger Abdul Karim Barry pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE