29.6 C
New York
dimanche, juin 26, 2022

Buy now

spot_img

Crise politique et sociale : Cellou Dalein Diallo décline ce qu’il pense du régime !

Cellou Dalein Diallo le leader du parti Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) était l’invité de l’émission « Mirador » de FIM Fm ce jeudi.

Avec nos confrères, il a abordé plusieurs sujets liés à l’actualité. Il s’est exprimé à propos des dispositions prises par le gouvernement pour contrer  coronavirus.

Le numéro 1 de l’UFDG dit qu’il doute de la capacité des autorités guinéennes de faire appliquer leurs décisions

« Le défi, c’est comment faire appliquer dans un contexte où l’Etat est absent partout, où les forces de défenses et de sécurité et la justice sont inféodées. Et la rigueur ne s’applique que lorsqu’il s’agit de défendre le pouvoir d’Alpha Condé. Il y a certainement des mesures pertinentes qui ont été prises au regard de l’évolution de la pandémie. Peut-être que si j’étais à leur place, j’aurais pris une certaine décision, par exemple le fait de fermer les boîtes de nuits. Je pense que c’est un endroit où le risque de propagation est énorme. C’est le cas aujourd’hui, mais il faut que ça s’applique. Étant donné la corruption, le laxisme, le favoritisme qui prévalent dans ce pays » a dénoncé le président de l’UFDG.

Cellou Dalein Diallo est aussi revenu sur la hausse du prix du carburant. Après avoir soutenu que cette augmentation n’a pas lieu d’être, il a donné raison au conducteur de taxis pour avoir augmenté le prix du transport malgré les autorités guinéennes ont exigé le maintien de l’ancien prix du transport.

« Nous sommes dans une crise économique sévère. L’impact de l’augmentation du prix du carburant sur les denrées de premières nécessités est important. Actuellement, les greniers sont vides dans nos villages. Tout le monde attend le riz importé de Conakry. L’état du réseau routier est désastreux. Dire que les prix n’augmenteront pas, c’est pas possible ! Dire qu’on augmente le prix du carburant qui entre dans la formation du prix du transport, vous négociez avec des gens, vous leur donnez de l’argent ils disent non ! On demande aux gens de ne pas augmenter le prix… Personne ne peut travailler à la faillite de son entreprise. C’est légitime, la revendication des taximètres » a-t-il soutenu.

Le leader de l’UFDG a justifié également son refus catégorique d’aller à un dialogue avec le pouvoir d’Alpha Condé.

« Le dialogue pour qu’il soit porteur, il faut qu’il soit de bonne foi. L’homme tu ne peux pas ne pas tirer les leçons de ce que tu as vécu. J’ai eu des dialogues directs avec Alpha Condé, on se met d’accord. Une semaine après il a changé. Il m’appelle « Cellou arrête les manifestations, on va faire ceci, on va faire cela » Mais, ça n’aboutit pas » a-t-il expliqué en apportant quelques exemples d’accord qu’il a eu avec Alpha Condé.

              Par Abdul Karim Barry pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE