12.8 C
New York
samedi, octobre 1, 2022

Buy now

spot_img

Medias: Djoma FM étouffé par la junte

À sa prise du pouvoir en septembre dernier, le CNRD a procédé au gel des comptes de plusieurs cadres du régime Condé. Le fondateur du groupe Djoma Média n’a pas été en marge de cette restriction.
Trois mois après,  la situation des travailleurs de ce groupe se complique au jour au jour. C’est ce qu’a relevé hier mercredi Aboubacar Condé, directeur de l’information de ce médias dans l’émission Mirador de FIM FM.
« C’est la galère noire. Le salaire, il est sacré. Au début, les gens tenaient et aujourd’hui le relâchement a commencé. C’est la raison pour laquelle j’ai pris ce bâton de pèlerin pour expliquer à l’opinion que si rien n’est fait, si les autorités n’entendent pas ce cri de cœur, on risque vraiment de mettre la clé sous le paillasson. C’est ça la vérité » dit-il.
Cet animateur de l’émission « On refait le monde » a exposé les difficultés auxquelles les travailleurs de Djoma sont confrontées.
« Il y a quatre de mes agent dont les femmes ont accouché. On n’arrive pas à faire le baptême de leurs enfants. Parce qu’ils n’ont pas d’argent. Il y a un qui a perdu son père, il n’a pas pu effectuer le déplacement par manque de transport. Et mieux, connaissant même l’agitation des concessionnaires, quand vous n’avez pas payé le premier mois, le deuxième, le troisième tout de suite vous recevez un préavis et vous risquez d’être mis dehors. Tout cela vraiment ne peut pas faire régner la sérénité au sein de l’équipe » soutient-il.
Il poursuit « On a beaucoup de chèques qu’on n’arrive pas à récupérer. Et mieux on commence même à perdre les contrats parce que les annonceurs sérieux, soit c’est par virement ou par chèque, ils ne peuvent pas payer l’espèce parce qu’ils ne peuvent pas justifier » estime ce responsable du groupe Djoma.
Des démarches ont été menée auprès des autorités pour attirer leur attention sur la situation que traverse ce média, mais sans suite favorable informe ce journaliste.
« On a écrit au ministre de la communication et de l’information, on ne nous a pas répondus. On a écrit à la HAC, là non plus, on a écrit au secrétaire général de la présidence également aucune réponse, on a écrit au porte-parole du gouvernement… » a fait savoir Aboubacar Condé qui exhorte Colonel Mamadi Doumbouya à comprendre la situation actuelle de ce groupe de presse
         Par Abdul Karim Barry Pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE