26.9 C
New York
lundi, juin 27, 2022

Buy now

spot_img

Fonction publique : le ministre Julien Yombouno affûte ses armes

Ce mercredi, Julien Yombouno le ministre du travail et de la fonction publique était l’invité de l’émission « Mirador » de FIM. Il a expliqué ce qu’il compte faire pour redorer le blason de la fonction publique minée par des tares indescriptibles.
« Pour moi, plutôt que recourir systématiquement aux retraités, je me dis qu’il y a réellement des compétences avérées parmi les jeunes aujourd’hui qui travaillent de manière bénévole, qui sont contractuels. Il y en a même certains qui sont stagiaires à vie. Donc, pour nous, c’est voir comment on peut normaliser leur situation professionnelle. Parce que j’avoue, il y a des jeunes qui sont bien. En Namibie, on a eu un ministre de 27 ans, au Mali 28 ans. Pourquoi en Guinée, on continue à croire que les jeunes ne peuvent rien faire alors qu’il suffit de les voir dans les nouvelles technologies pour être émerveillé. De la même manière, il y a des célèbres techniciens, il suffit de leur faire confiance. Donc oui, on peut bien libéraliser la situation des contractuels qui sont connus au sein des communautés » a-t-il promis.
Il annonce qu’un recrutement est prévu au premier trimestre de l’année 2022.
« Là, il s’agit plutôt des débutants, des diplômés sans emplois ou même s’ils sont employés au privé et qu’ils voudraient bien servir la fonction publique. Là, c’est sur concours. On va miser sur 10 000 en tout mais tout dépendra des besoins. On ne va pas les absorber tous mais au moins nous allons recruter au prorata des places qui ont été libérées sur la base des gens qui sont envoyés à la retraite, sur la base des gens qu’on va radier qui sont décédés et qu’on avait continué à garder dans le fichier de la fonction publique. On va graver des places d’abandon de postes qui sont nombreux aussi » explique-t-il
Parlant des magouilles que minent la fonction publique guinéenne Julien Yombouno a fait une invite à la population
« J’aurais souhaité pour une fois en Guinée, au lieu que les gens fassent des dénonciations, des signalement dans les cabarets, qu’ils viennent vers nous, qu’ils passent dans les médias. Il y a même des dossiers que moi-même je suis en train de préparer pour transférer vers les services compétentes » informe ce ministre.
                      Par Abdul Karim Barry Pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE