2.3 C
New York
samedi, décembre 10, 2022

Buy now

spot_img

Boffa : les écoles se meurent, il faut agir

A la remise des clés de l’école primaire du district Balandougou suite à sa rénovation par une compagnie minière évoluant à Boffa, le mardi 11 janvier 2022, la Directrice préfectorale de l’éducation de Boffa a tenu a attirer l’attention des nouvelles autorités sur les problèmes qui assaillent la formation des enfants dans sa ville.

Hassanatou Diallo a déclaré que la préfecture de Boffa a près de 200 écoles primaires dont plus de la moitié se trouvent dans un état de délabrement très poussé. Des écoles construites à l’époque coloniale n’ont jamais bénéficié de rénovation ou de reconstruction. Pour palier à ce problème, Madame la DPE interpelle.

« Vous n’êtes pas sans savoir qu’à Boffa nous avons des élémentaires qui depuis le temps colonial n’ont jamais bénéficié de rénovation ou de reconstruction. J’aurais souhaité que toutes les écoles de Boffa soient rénovées. Je sollicite que cette rénovation s’élargisse à toutes les écoles de la commune urbaine et pourquoi pas la préfecture de Boffa parce que nous en avons assez, nous avons près de 200 écoles élémentaires. Donc, si vraiment ces quelques écoles sont rénovées aujourd’hui ça favorise les conditions d’apprentissage des enfants. Les enfants qui verront le bien-être, je pense qu’ils seront à l’aise et ça sera un grand ouf de soulagement » a t-elle fait savoir

En plus des mauvais états de ses écoles, la préfecture de Boffa est aussi confrontée  au manque criard d’enseignement. Ce déficit est parfois comblé par des enseignants communautaires non qualifiés.

« Nous avons  un manque d’enseignement mais là nous avons aussi les communautaires qui viennent en appui, qui viennent nous aider à combler le déficit sur le terrain. Le Ministre de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation vient de quitter Boffa, il est venu, il a fait l’état des lieux, il a vu les réalités dans lesquelles nous sommes. Donc il est entrain depqp QQ a se battre pour vraiment qu’il y ait un maximum d’enseignants pour pouvoir faire fonctionner les écoles » souligne la Directrice préfectorale de l’éducation de Boffa

Il faut noter que malgré la présence de plusieurs compagnies minières dans cette localité, les populations restent confrontées à d’énormes difficultés liées à la formation des enfants, à la santé et à l’environnement.

Par Ibrahima Kalil Condé à Boffa pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE