18.7 C
New York
lundi, mai 16, 2022

Buy now

spot_img

Crise politique: Aliou Bah décline ses arguments

Aliou Bah, le président du Model s’est exprimé ce jeudi sur la contradiction autour de la désignation d’El Hadj Cellou Dalein Diallo au poste de porte parole du collectif des partis politiques. Aliou Bah, qui s’est désolidarisé de cette structure, dit avoir prévenu ses collègues que designer un porte parole pour cette plateforme serait un facteur de division.
« Lorsque certains ont commencé à proposer une structuration, rien qu’avoir un porte-parolat, avoir une charte d’éthique, avoir une présidence, une sorte de boussole, je fais partie des premiers qui avaient soulevé des réserves par rapport à ça. Je leur ai dit. Ils sont là, ils peuvent tous témoigner, individuellement aux différents leaders et collectivement dans nos réunions. J’ai dit attention, c’est un facteur de division parce que dès qu’on va commencer à parler de ça, on connaît les problèmes d’égaux dans notre pays. On sait aussi la rivalité qui existe entre les différents acteurs, chose qui est normale, c’est pas de l’animosité. Le pouvoir c’est un fauteuil, c’est pas un banc» a-t-il martelé.
Plus loin, le président du model dit qu’il n’y avait aucune nécessité de désigner un porte parole pour une plateforme qui est appelée à disparaitre quelques temps après. Pour justifier son raisonnement, il assimile cela à un groupe d’individus qui suit un match de football, qui décide d’élire un parte parole alors qu’au bout de 90mn, ils sont appelés à se disperser.
« Alors nous nous sommes dits puisque c’est une structure informelle, c’est une plateforme de discussion et de concertation, on n’a pas besoins nécessairement d’avoir une hiérarchie de commandement parce que dès qu’on va le faire, les autres vont se sentir négligés, d’autres vont se sentir dominés, d’autres vont se sentir dominants. Et quand c’est comme ça, on fait éclater tout suite ce qui ne devrait pas être. Et puis on est programmé pour un processus très court. C’est comme si on se réunissait tous ensemble pour regarder un match de football de 90mn, on n’a pas besoin d’avoir un président ou porte parole pour regarder un match. On le regarde ensemble après les 90mn on se disperse parce que la classe politique va se disperser» a-t-il estimé chez nos confrères de fim fm.

Par Mamadou Bailo Diaguissa Sow pour couleurguinée.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE