18 C
New York
lundi, mai 16, 2022

Buy now

spot_img

Les procédures de la CRIEF: le Procureur Aly Touré droit au but

Ce lundi 11 avril 2022, le procureur spécial près la Cour de repression des Infractions Economiques et Financières a abordé plusieurs sujets chez nos confrères de la radio FIM FM.

Parlant d’une nourrice placée en détention, il dit ceci :
‹‹ La justice, c’est la justice des hommes. Elle a un visage humain. Cette dame, je vous ai expliqué la procédure qui la concerne. C’est pendant devant la Cour Suprême. Nous attendons la décision des haut magistrats de la Cour ».

Du cas Dr Lounceny Nabé, ancien gouverneur de la BCRG.

« Pour le cas de Dr. Lounceny Nabé, en ma qualité de Procureur spécial, j’ai pris ma responsabilité d’aller lui rendre visite à l’hôpital Ignace Deen. J’ai échangé avec les médecins et demandé l’état de l’évolution de sa santé, en présence de son avocat. Si on n’était pas humain, on n’allait pas lui rendre visite›› soutient Aly Touré procureur spécial près la CRIEF.
Les avocats de Dr. Mohamed Diané ont fait une déclaration le weekend dernier. Déclaration dans laquelle, ils soutiennent que leur client est malade. Pour l’homme de droit cette procedure n’est pas correcte.
‹‹ Ça se passe devant le juge, ça ne se passe pas devant les médias. Il n’a qu’à venir avec ses documents, et demander ce qu’il doit demander. Les procédures ne sont pas longues à la CRIEF ›› ajoute-t-il.
Poursuivant, ce procureur a donné quelques chiffres depuis la création de la Cour.
‹‹ Depuis que la CRIEF a été créée, c’est la première fois que le procureur spécial que je suis a signé un mandat de dépôt. Nous avons des inculpés devant la chambre 138 personnes, nous n’avons que 12 détenus en détention ›› révèle-t-il.
Les cas des anciens dignitaires du régime Condé qui sont poursuivis par la Cour. Selon le ministère public, il est sûr d’obtenir des bons résultats.
‹‹ Cette affaire, j’ai décidé de l’orienter en flagrant délit, parce que j’ai la conviction que je peux obtenir ce que je veux. Je ne dirai pas que je suis le meilleur connaisseur du droit, mais mon droit je le dis au prétoire. Cette procédure là, c’est avec conviction que je l’ai orientée en flagrant délit. Parce que je sais que ce que je veux je peux l’obtenir avec les informations que moi même j’aies. Tout se passait devant nous, on n’a pas besoin d’aller chercher plusieurs preuves dans quoi que ce soit pour avoir la culpabilité de ces hommes. Ces enquêtes, c’est moi qui les ai ouvertes, et c’est moi qui les dirige à partir de la gendarmerie. Tout ce qui se passe dans cette affaire, je suis informé à la minute près. Et parfois, je suis informé avant que ça se passe. Parce que je suis en étroite relation avec les enquêteurs. ›› a-t-il confié.
Par Djibril Timbo Barry pour couleurgunee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE