4.8 C
New York
jeudi, décembre 1, 2022

Buy now

spot_img

Transition : les avocats du FNDC se prononcent sur les récentes actualités

COMMUNIQUE DES AVOCATS DU FRONT NATIONAL POUR LA DEFENSE DE LA CONSTITUTION
Le 26 avril 2022, nous, Conseils du Front National pour la Défense de la Constitution
(FNDC), avons appris par voie de presse et par un communiqué du CNRD la libération de
Monsieur Alpha CONDE ainsi que la nomination du magistrat SIDY SOULEYMANE
N’DIAYE, deux personnalités suspectées d’être impliquées dans la répression sanglante
contre les militants pros démocratie opposés au troisième mandat. Le FNDC a également
appris que MOHAMED LAMINE SIMANKAN avait été nommé commandant de la Brigade
de recherche et d’interpellation (BRI) et Commissaire et Monsieur BALLA IFONO Chef de
division d’appui opérationnel (DAO-DCPJ). Or, selon le FNDC, ils avaient été démis de leurs
fonctions après le 05 septembre 2021. Ils viennent d’être réhabilités hier 25 avril dans les
fonctions qu’ils occupaient. Ils sont pourtant également soupçonnés d’avoir participé à la
répression sous le régime de Monsieur Alpha CONDE.
Ces décisions suscitent une incompréhension totale du FNDC et de ses Conseils. Elles
inspirent en effet l’impression d’une réintégration d’anciens cadres du régime à l’inverse
de la promesse de renouvellement affiché et ce, avant toute enquête judiciaire et au
mépris du principe de précaution. Ces décisions sont parfaitement insupportables pour
les victimes qui s’estiment bafouées dans leurs droits.
Dans son premier discours, Monsieur Mamadi Doumbouya avait déclaré : «
L’instrumentalisation des institutions républicaines, de la justice, le piétinement des droits
des citoyens, l’irrespect des principes démocratiques […] ont amené l’armée guinéenne, à
travers le Comité national du rassemblement et du développement, à prendre ses
responsabilités. » Et la justice devait être la « boussole » de la transition. Les propos du
colonel avaient suscité beaucoup d’espoir au sein de la population guinéenne, après
plusieurs années de dérive autocratique.
Force est cependant de constater que, plusieurs mois après les différents engagements du
CNRD et de son Président visant à permettre à la Guinée de renouer enfin avec le chemin
de la justice sociale et de lutter résolument contre l’impunité, la situation n’avance pas.
Cette absence de réel changement surprend d’autant plus qu’un certain nombre d’acteurs
de la société civile, dont le FNDC, sont disponibles pour favoriser et accélérer le processus
des procès liés aux crimes de sang.

Lire la suite ci-dessous

communiqué Avocat FNDC SIDY ET ALPHA 26.04.2022

 

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE