23.3 C
New York
vendredi, août 12, 2022

Buy now

spot_img

Transition : Sékou Koundouno interroge le CNT

Après moult accrobaties juridiques, le Conseil National de la Transition (CNT) a fini par admettre, par la voix d’un de ses maîtres à penser, en l’occurrence le Président de la Commission des Lois, qu’il ne constitue pas les forces vives de la Nation auxquelles il est fait allusion dans la Charte de la Transition pour la définition de la durée de la transition. Un autre membre du CNT, M. Sorel Keita, s’est montré plus explicite en affirmant que le CNT ne constitue pas les forces vives de la Nation et n’est pas concerné par l’article 77 de la Charte de la Transition . Les membres du CNT n’auraient exprimé qu’un avis sur le chronogramme et la durée de la transition.

Et pourtant, certains conseillers nationaux parmi les plus en vue sur le plan juridique ont tout dit et écrit dans le but de démontrer que le CNT pouvait valablement déterminer la durée de la transition. Avec un jeu de mots qui ne pouvait échapper qu’aux non avertis, ils ont fait valoir que le CNT n’était pas les forces vives mais était composé de représentants des forces vives.

Mais, même avec cette subtile gymnastique sémantique, le CNT ne pouvait être considéré comme l’organe qui fixe la durée de la transition à moins de vouloir s’attribuer un rôle qui n’est pas prévu par la Charte de la Transition unilatéralement élaborée par la  » Nébuleuse « .

En abordant cette question dans l’émission  » Mirador  » de Fim Fm, Monsieur Mohamed Aly Thiam n’a fait que confirmer ce que beaucoup d’autres avaient déjà dit. C’est d’ailleurs, devant l’impossibilité pour le CNT de s’arroger une mission qui n’est pas la sienne que la voie de la résolution a été choisie. Ce qui constitue une autre violation, cette fois-ci, du règlement intérieur de l’institution.

En tout état de cause, la junte militaire a violé la  » constitution de la transition  » en ce sens que la durée de 39 mois annoncée par le Président de la Transition n’était pas le fruit d’un accord entre les forces vives de la Nation et le CNRD dont les membres ne sont d’ailleurs pas connus en dehors quelques figures. Aucun guinéen n’a vu des membres du CNRD en discussion avec les forces vives de la Nation autour de la durée de la transition. Toutes les discussions sur cette question se sont déroulées entre le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation et certains acteurs politiques et de la société civile. À moins que ce ministre ne soit le CNRD. Ce qui n’est pas le cas.

Par ailleurs, le CNT qui s’est invité dans la fixation de la durée de la transition, sous prétexte de donner don avis, a ajouté la confusion à la confusion. En réalité les démarches du trio CNRD-CNT-MATD prouvent la volonté d’un groupes de militaires et de civils à leur solde d’imposer leur volonté au peuple en comptant sur l’intimidation pour le faire taire.

SEKOU KOUNDOUNO RESPONSABLE DES STRATÉGIES ET PLANIFICATION DU FNDC
MEMBRE DU RÉSEAU AFRIKKI NETWORK

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE