1.2 C
New York
samedi, décembre 10, 2022

Buy now

spot_img

Le lynx en deuil : Bogola Haba rend hommage à BML

Notre Gros du Lynx Bah Mamadou Lamine s’en est allé pour de bon hier. Le groupe Lynx est en deuil. Ci dessous un texte d’un de ses milliers d’amis, qui lui rendent hommage.

HOMMAGE A MON FRERE BAH LAMINE.UN AUTRE PATRIOTE A SA MANIERE.

Mon cher Bah Lamine.

Je ne crois pas en la nouvelle de ta disparution mon cher frère, amis, compatriote et conseiller Bah Mamadou Lamine. Qui va finalement me répondre en inbox , m’encourager, me conseiller et m’appeller sur whatsapp pour échanger sur les grands enjeux de notre pays surtout que mon frère Thierno Monènembo m’as pratiquement abandonné dépuis le virement á 360 dégré de la direction du vent opposé á la transition militaire et surtout á un mauvais moment mais plein d’espoir où nos amis activistes se sont sciemment fait arrétés de manière spectaculaire comme dans un film du 28 Septembre 2009 pour attirer de manière malvaillante l’attention du monde vers la Guinée et réveiller en certains compatriotes habitués des faits le démon des manifestations de rue et de la violence gratuite.

Si j’avais un tout petit pouvoir, j’allais dire á notre Dieu commun de te garder encore parmi nous jusqu’á la fin de cette transition pour te permettre d’aller transmettre aux autres et particulièrement á Camara Laye et à William Sassine un message plus optimiste sur l’avenir de notre nation.Hélas!

Mon frère Bah Lamine, lors de notre dernière conversation inachévée comme toujours et pendant ton séjour canadien, tu m’as dit ceci dans ton français Abidjanais: « Mon frère, notre génération est une pourriture.La solution au problème de la Guinée, est de prendre cette pourriture dans un sac et la jeter en mer et une nouvelle génération de Guinéens réformatés poussera comme des champions après la pluie sans rien comprendre de notre passée de menteurs, voleurs et d’ethnos. »
En réponse, je t’ai dit ceci :  » Frère Bah Lamine, c’est plutôt le contraire.Votre génération n’est pas un déchet comme tu le penses. Nous avons besoin de votre experience et de vos coups de geule pour comprendre les causes de nos frustrations et notre situation actuelle pour mieux construire l’avenir. Vos tribunes sont des enseignements pour nous et surtout des rémèdes aux maux qui nous gangrènent comme l’instrumentalisation de l’éthnie par l’élite guinéenne et l’enrichissement illicite .En guise d’exemple, vos derniers échanges par presses interposées avec notre soeur et mère Saran Daraba Kaba sur les causes de l’échec de la prémière initiative d’industrialisation de notre pays pendant les premiers régimes sous Sékou Touré et Lansana Conté ont été pour notre génération deux cours magistraux de deux professeurs appartenant á deux écoles d’ une même Université et ces deux écoles continueront á avoir des disciplines en Guinée même si nous vous jétons dans les abimes de l’océan atlantique. » Je n’avais pas reussi á te convaincre ce jour et sûrement jusqu’au aujourd’hui, tu n’es pas convaincu malgré que Kassory Fofana, Mohamed Diané, Oyé Guilavogui et Amadou Damaro Camara sont aujourd’hui en prison pour les causes que tu dénonçais ce jour.Et aujourd’hui, c’est en cette réponse que je crois car malgré ta disparution, ton école demeurera aussi longtemps que la Guinée existera et la lutte continuera pour la construction d’une « alliance Nationale » autour d’un « agenda national commun » comme cette période transitoire qui nettoyera dans la justice nos déchets au bénéfice d’une nouvelle Guinée comme tu l’esperais .

Aujourd’hui, en toi Bah Lamine,la Guinée perd un bon guinéen, un travailleur inlassablement, un historien, un activiste des droits de l’homme,un journaliste d’investigation et d’analyse courageux et libre dans l’expression de sa pensée et de ses convictions, un amoureux de sa communauté. Le Fouta Djallon perd en Bah Lamine, l’un de ses dignes fils, une de ses bibliothèques et l’un de ses fervents défenseurs et têtes pensantes.

In inbox et dans ton compte whatsapp, je continuerai toujours de t’écrire comme si rien n’était et cela dans l’espoir de trouver en ta progéniture un autre Bah Lamine encore plus ouvert á la diversité, au travail bien fait et á l’humour comme tu l’as été.

Répose en paix frère et maître Bah Lamine auquel j’ajoute Mamadou pour ne point te confondre á un autre car tu as été unique en ton genre.

Merci,Merci, Merci…comme tu amais clôturer tes conversations.

Ton frère Keamou Bogola HABA

Cordinateur National du FNDT

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE