23.3 C
New York
vendredi, août 12, 2022

Buy now

spot_img

Échecs aux examens:  » ET MAINTENANT QU’ALLONS-NOUS FAIRE ? s’interroge l’opposant Mamadou Bah Baadiko

L’opposant Mamadou Bah Baadikko, président du parti Union des Forces Démocratiques (UFD) a toujours prôné une réforme systématique du système éducatif guinéen. Son appel retentit jusque dans les couloirs des ministères en charge de l’éducation. Après chaque proclamation des résultats nationaux, ils monte au créneau pour un constat et des recommandations. Il a remis ça cette année encore. Lisez ci dessous.

Les résultats du baccalauréat de 2022 sont tombés : le verdict est sans appel, même pour une catastrophe annoncée ! C’est le lieu de se réjouir que le ministère en charge de l’éducation et les pouvoirs publics aient tenu l’engagement de tout faire pour offrir enfin à la Guinée des examens propres, avec des résultats mettant à nu le niveau réel des élèves guinéens ! Même si les grosses poches de fraude bien connues dans le pays ont réussi à passer entre les mailles du filet, nous sommes quand même face à une performance historique qui mérite d’être saluée. Si toutes les fraudes avaient été éradiquées, nul doute que nous aurions bien pu nous retrouver avec un pourcentage d’admis proche de zéro au baccalauréat ! Sur un autre plan, on constate qu’un très timide pas a été fait dans la lutte contre l’impunité qui était la règle en matière de fraudes aux examens. C’est déjà mieux qu’avant, même si le chemin à faire est encore très long et parsemé d’embûches, face à des mafias séculaires, fabricants officiels d’enfants ignares et potentiellement
des délinquants, laissés pour compte de notre société injuste, inconsciente et à la limite
irresponsable.
A présent que la cruelle vérité est là sous nos yeux, que faire pour réhabiliter notre système
éducatif après des décennies d’abandon et sortir de ce fléau, obstacle infranchissable au
développement économique, social et culturel, pour une jeunesse bien éduquée, bien formée
ayant la place qui lui revient de droit dans notre société ? Chacun ira de sa solution, mais
l’avantage pour nous est que le mal est bien connu de tous les acteurs de la filière. Nul besoin encore d’Etats généraux, de Commissions, de Forums, etc. ! Les tiroirs du ministère sont remplis de rapports plus pertinents les uns que les autres. Le dernier en date datant de 2018, contient tous les éléments actualisés permettant d’orienter un travail sérieux de remise en état. Côté
politique, cette question fait partie de notre combat depuis toujours. Seule avait manqué jusqu’ici aux gouvernants successifs la volonté politique d’agir, contre vents et marées. Et aujourd’hui, pour certains, le réveil est très brutal.
La Guinée depuis des décennies se débat dans une crise multiforme, dans tous les autres
domaines (santé, agriculture, justice, sécurité, administration, etc.). Pour mettre fin à cette
décadence sans fin depuis 1958, il faut avoir la ferme volonté de s’attaquer aux maux à leur racine en commençant par l’éducation, pierre angulaire de toute œuvre féconde de développement et de progrès. Un premier pas vient d’être franchi sur cette voie mais qu’on ne s’y trompe pas, la mafia de l’éducation ne s’avouera jamais vaincue et ne lâchera pas facilement prise. Ces forces du mal espèrent que tout ceci passera, et que 2022 n’était qu’une chaude alerte et que, comme d’habitude, on reviendra rapidement au « business as usual, les affaires, comme à l’accoutumée ».
Il n’est pas possible de faire un catalogue de mesures à prendre pour le succès d’une entreprise aussi gigantesque. Mais on peut les résumer ainsi :

La suite en PJ ci dessous

DECLARATION APRES LES RESULTATS CATASTROPHIQUES DES EXAMENS 2022

Par couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE