7.7 C
New York
samedi, décembre 3, 2022

Buy now

spot_img

Conakry : le vieux de 65 ans perd le colis de la dame et risque la prison

Mamadou Alpha Bah, 65 ans, marié à deux femmes et père de 11 enfants, marchand de son état, se rend au marché madina pour acheter des marchandises. Il les emballe dans un colis et prend un taxi.

Une femme qui avait un colis emballé de la même façon monte aussi dans le taxi. Arrivée au Km36, la femme confond les colis et descend en première position avec le colis du vieux sous la pluie. Arrivé à la maison, le vieux, à son tour se rend compte que son colis n’est pas celui qu’il a entre les mains.  Heureusement, le colis qu’il a pris, celui de la dame qui est descendue par mégarde avec son colis, porte un numéro de téléphone. Il appelle ce numéro, la femme décroche et les deux se donnent rendez-vous à Kagbelin.

Les enfants du vieux lui proposent de retourner eux-mêmes le colis, comme il fait nuit, il pleut et le vieux est fatigué. Le vieux dit non.  » Je vais moi-même retourner le colis à son propriétaire. Néanmoins, il se fait accompagner par un de ses enfants. En route, étant dans les bouchons et devant le harcèlement de la femme, le vieux dit à son fils de prendre une moto et de le devancer pour rassurer la femme. Mais, à un certain niveau, le taximètre étant dégoûté des bouchons demande aux passagers de descendre même sans le payer afin qu’il puisse retourner. Ainsi, le vieux descend et oublie le colis. Il se rappelle un peu plus-tard, le taximètre est introuvable.

Le vieux retrouve son fils et la femme qui détenait son colis, alors que lui ne possède pas celui de la femme. Après, ils se retrouvent à la gendarmerie, l’explication du vieux ne convainc pas la gendarmerie. Il est placé en garde à vue puis enfermé et menacé de transfert à la Maison centrale.

La femme estime que son colis contient des marchandises d’une valeur de deux mille dollars.

Le colis est en provenance de Kidal où sert son mari, officier militaire. Le colis contenait, selon la femme, des treillis militaires, des rangers et des bazins Bamako.

Le sage, réputé pour son attachement à l’islam et à ses valeurs demande l’aide aux ressortissants de Ley Pètè, de Brouwal Tappé et à toute les bonnes volontés.

La dame demande le remboursement du montant, soit les deux mille dollars. En attendant, le sage médite en prison.

Par Kolenkè Hassane Diallo pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE