18.2 C
New York
dimanche, septembre 25, 2022

Buy now

spot_img

Rentrée scolaire: les fournitures continuent de torturer les parents d’élèves

A quelques jours de l’ouverture des classes, des vendeurs et acheteurs de fournitures scolaires à la cité Enco 5, située dans la Commune de Ratoma, interrogés le samedi 17 septembre 2022, se sont plaints de la cherté des prix des articles qu’ils achètent et revendent.

Depuisl’annonce de l’ouverture des classes, les marchés bouillonnent de fournitures scolaires. C’est le constat au marché de la cité Enco-5.

Assise au bord de la route sur une chaise, une vendeuse de fournitures scolaires qui a échoué deux fois au brevet et qui a tenté de faire salon de beauté qui n’a pas marché, se lance dans la vente des fournitures scolaires. Diaka Sylla donne les différents prix de fournitures selon la qualité.
 » Les prix sont chers cette année par rapport à l’année dernière. Un rouleau de tenue se vend à 700000fg et le mètre de tenues se vend à 20000fg. Si tu dis 25000fg, les gens n’achètent pas. Le paquet de cahier se vend à 25000fg mais moi je le vends à 22000fg. Les sacs aussi varient de 80 à 300000fg. Une ardoise simple c’est à 5000fg et celle emballée à 20000fg. Les gourdes aussi varient entre 20000 à 55000fg « .
Elle se plaint de la rareté des clients et demande aux autorités de l’aide afin que les prix baissent.
 » Les clients viennent un peu, certains viennent demander les prix et disent qu’ils reviendront mais je ne l’ai revois plus et d’autres viennent acheter. Les prix sont chers, je demande à l’État de nous aider pour qu’on ait des bénéfices >> a t-elle confié.
Mody Amadou Sara Bah, maçon et parent d’élèves est venu acheter des tissus tenues pour ses enfants. Il explique comment il trouve les prix.
 » Ah les prix, il faut fermer les yeux, travailler et accepter d’acheter parce que les choses ne  s’adoucissent pas souvent. Elles ne  sont pas amères souvent non plus. Le temps, on l’accepte, comme on le voit. Si tu fais ainsi, tu n’auras pas de problème. Il faut arrêter de manger et abandonner toutes les choses qui nous plaisent pour s’occuper de nos enfants pour le rendez vous de demain, c’est à dire, la maison de retraite. Donc, c’est pour cela que je m’efforce. Rien n’est difficile chez moi  » a t-il fait savoir.
Il faut noter que chaque année, les fournitures scolaires deviennent un peu plus chères que l’année précédente.
Par Aïssatou Diallo pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE