16.4 C
New York
mercredi, mai 18, 2022

Buy now

spot_img

Oral à Fim FM : le ministre de la sécurité Bachir Diallo valide « son passeport » auprès des auditeurs

Le ministre de la sécurité et de la protection civile, Bachir Diallo s’est largement exprimé hier mercredi sur la crise liée à l’interruption, les mois passés, de la délivrance des passeports guinéens
Invité dans l’émission Mirador de Fim Fm, Bachir Diallo est revenu sur le cas de la société IRIS, spécialisée dans la conception des documents de voyage, qui depuis des années, a un contrat avec les autorités guinéennes.
 » On s’est mis en partenariat avec quelqu’un qui fournit ce que l’on appelle le carnet, ce n’est pas le passeport encore. Ce dernier, en ce qui concerne la Guinée, c’est IRIS . Mais IRIS c’est quoi ? C’est un pôle technologique. IRIS ne produit pas le carnet, IRIS a juste le matériel technologique pour pouvoir enregistrer les données des clients, d’un citoyen sur la puce que compose le passeport. Et ensuite concevoir une base de donnée pour héberger toutes les données, c’est tous ce que IRIS fait » dit-il

Selon le ministre, la société IRIS, ne fournissant pas de carnet, traitait avec d’autres partenaires. Il a été confronté à un problème de fourniture de carnets, chose qui a interrompu la délivrance des passeports.
« Mais, il se trouve que IRIS n’était plus en mesure de fournir le carnet. Donc pourquoi IRIS ne pouvez plus fournir ce carnet ? C’est parce que ses partenaires n’arrivaient plus à fournir les différents éléments composites du carnet, c’est-à-dire, les puces, les feuillets et la couverture. Maintenant, il fallait trouver un autre partenaire. Ils en ont trouvé un autre, lequel ? Celui qui le fait pour le Sénégal. Mais le temps de fabriquer un passeport qui correspond à la couleur, la sécurité qui constitue ce passeport, ça lui a pris un temps et c’est ce qui a entraîné cette interruption » a-t-il indiqué.

Pour Bachir Diallo, voyant que la société IRIS, était confronté à un problème de stock, il n’était plus question de laisser les citoyens continuer à s’enrôler donc il a pris la décision de suspendre tous les enrôlements.

« Lorsqu’ils n’étaient  plus en mesure d’offrir en carnet, qu’est-ce qu’il fallait faire ? Il fallait anticiper. Donc on a gardé un petit stock de sécurité pour les malades, les boursiers et c’est  ce stock qui était en train de s’épuiser. Mais on ne pouvait pas aller en Malaisie, Covid oblige. Donc, est-ce qu’il fallait laisser les citoyens continuer à s’enrôler alors qu’il n’y a pas de carnet?Le jour qu’il y aura carnet, comment est-ce qu’on va évacuer ces arriérés et ici et à l’extérieur ? En tant que ministre j’ai pris l’initiative de suspendre jusqu’à nouvel ordre tous les enrôlements » a-t-il expliqué .

Voilà les explications fournies par le ministre de la sécurité.

Le ministre Bachir Diallo a aussi laissé entendre que les enrôlements vont commencer ce mois-ci. Il dit que des carnets sont attendus les jours à venir.

Par Mamadou Bailo Diaguissa Sow pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE