1.2 C
New York
samedi, décembre 10, 2022

Buy now

spot_img

Ghana : La Cedeao reporte ses décisions sur les transitions en Guinée, au Mali et au Burkina Faso

Par RFI

Les chefs d’État ouest-africains étaient réunis en sommet à Accra au Ghana, ce samedi. La Cédéao s’est penchée sur les transitions en vigueur au Mali, au Burkina Faso et en Guinée. Trois pays dirigés par des juntes militaires depuis des coups d’État. Finalement, pas d’assouplissement ou de durcissement des sanctions lors de ce sommet.

Les chefs d’États ont décidé de renvoyer leur décision au 3 juillet, le prochain sommet ordinaire de la Cédéao. Jusqu’à ce présent, un assouplissement des sanctions contre le Mali et un éventuel durcissement des positions contre la Guinée étaient attendus.

Mais ce samedi, le huit-clos a été assez long, signe de possibles désaccords. Selon plusieurs sources, les pays membres étaient divisés en deux camps. D’un côté, les partisans d’une ligne ferme sur le Mali comprenant notamment le Niger, le Ghana et le Nigeria. Le président nigérian Muhammadu Buhari est, chose rare, venu en personne à ce sommet de la Cédéao à Accra. Et en face, il y avait des États membres partisans d’un allègement des sanctions qui ont aussi un impact sur leur économie, notamment.

Désaccords ou plus de temps laissé aux juntes ?

Est-ce que ces deux blocs n’ont pas réussi à faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre ? Ou bien est-ce que les chefs d’États ont décidé de laisser davantage de temps aux juntes pour clarifier leurs positions ? Peut-être un peu des deux.

En tout cas, le sommet de l’Uemoa qui a suivi celui de la Cédéao s’est transformé en grand oral pour le Premier ministre burkinabè Albert Ouédraogo et pour le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop qui ont pu s’exprimer devant les chefs d’État de cette organisation

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE