26.9 C
New York
lundi, juin 27, 2022

Buy now

spot_img

Journée Mondiale de lutte contre le Sida : Des concernés s’expriment.

Le 1er décembre de chaque année est célébrée  la journée mondiale de la lutte contre le VIH Sida. En Guinée il n’y a pas eu de célébration cette année.

Cependant des messages de sensibilisation ont été  livrés  à l’endroit des populations sur cette maladie déclare Docteur Youssouf Koïta, le coordonnateur du programme de lutte contre le Sida et les hépatiques au ministère de la santé.

«  À cause du Covid19 qui interdit le regroupement, il n’y aura pas de regroupement à grande échelle cette année. Par contre dans les différentes structures nous allons véhiculer des messages pour sensibiliser autant que possible les soignants, mais aussi à travers vous les médias» a-t-il fait savoir.

Youssouf Camara est une personne vivant avec le VIH SIDA.  Âgé d’une quarantaine d’années il a été atteint il y a 15 ans. Il témoigne.

« C’est une journée très agréable pour moi. Moi qui vit avec le VIH Sida il y a de cela 15 ans. Je vais profiter pour la célébration de cette année. Mais vu le traitement pendant 15 années je suis ragaillardi pour assister à cette journée. Je suis très comblé de joie par rapport à cette journée » se réjouit ce malade.

Youssouf Camara estime que sa prise en charge est favorable.

« De façon globale ça se passe très bien. Depuis le 19 septembre 2005 jusqu’à ce jour ma prise en charge est actée par médecin sans frontière. Le centre où je fais mon traitement est situé au centre médical communal de Matam » affirme-t-il.

Au-delà de la souffrance psychique, La stigmatisation et le rejet au sein de l’entourage sont des difficultés éprouvées par les séropositifs du VIH.

Plus de 120 000 personnes sont séropositives en Guinée. Près de 60 000 ont bénéficié d’un dépistage et qui connaissent leur statut rajoute ce médecin. Entre 59 à 60 000  sont en traitement anti-retro virale. Environs 5000 femmes enceintes séropositives suivent une prophylaxie. Cette prophylaxie est donnée aux femmes pour éviter qu’elles contaminent leur enfant pendant la grossesse, l’accouchement et pendant l’allaitement a conclu Dr Youssouf Koita.

                                      Par Abdoul Karim Barry Pour couleurguinee.com

AUTRES ACTUALITÉS

- Publicité -spot_img

PUBLIREPORTAGE